Deuxièmes rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique


Comité scientifique
Le comité d’organisation et le comité scientifique sont constitués des membres fondateurs de l’association Diachronies contemporaines :
PINCHE, Ariane, ATER en humanités numériques à l’École Nationale des Chartes, doctorante en Langue et Littérature du Moyen Âge à l’Université Jean Moulin Lyon 3 (Ciham : UMR 5648)
PLOCHARZ, Piotr, ATER en linguistique française à l’Université d’Aix-Marseille, doctorant en sciences du langage à l’École Normale Supérieure de Lyon (IHRIM : UMR 5317)
PREMAT, Timothée, doctorant contractuel en sciences du langage à l’Université Paris 8 (SFL : UMR 7023), chargé d’enseignements à l’Université Jean Moulin Lyon 3
SURREL, Vincent, doctorant en sciences du langage à l’Université Paris 8 (SFL : UMR 7023) et à l’École Nationale des Chartes, chargé d’enseignements à l’Université Jean Moulin Lyon 3
ZUK, Fabian, doctorant en sciences du langage à l’Université Lyon 3 (CEL : EA 1663) en cotutelle avec l’Université de Montréal.

Introduction

L’association lyonnaise Diachronies contemporaines, vouée à la promotion de l’activité scientifique des jeunes chercheurs en linguistique historique, organise les Deuxièmes rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique. Après une première édition dédiée spécifiquement aux langues gallo-romanes, cette seconde édition entend s’ouvrir également à l’étude des langues anciennes indo-européennes. L’objectif de l’événement est de permettre aux jeunes chercheur·ses travaillant sur l’histoire des langues anciennes et gallo-romanes de présenter leurs travaux et d’échanger à ce sujet. La forme de ces rencontres est celle d’un colloque traditionnel à la suite duquel des actes seront édités1.

Thèmes, objets et perspectives

Sans exclusive théorique, les Rencontres lyonnaises acceptent des présentations mettant en pratique toutes les approches de la linguistique : syntaxe, morphologie, phonologie, phonétique, sémantique, lexicologie, pragmatique, sociolinguistique, dialectologie, etc. Les communications devront traiter soit de l’évolution de la langue en diachronie, soit d’un état synchronique révolu.

Nous encourageons fortement les travaux appliquant et/ou permettant des analyses computationnelles telles que la linguistique de corpus, la philologie numérique, la textométrie ou tout autre approche d’humanités numériques dont le résultat peut intéresser la communauté linguistique. À ce titre, les études qui s’intéressent à la conception et/ou à la diffusion de corpus adaptés à l’analyse linguistique et/ou philologique sont les bienvenues.

Les présentations devront s’inscrire dans l’un des axes suivants.

Axe A : langues anciennes

Par l’appellation « langues anciennes », nous entendons le latin (du latin archaïque jusqu’au néo-latin), le grec (du grec archaïque jusqu’au grec byzantin) et les autres langues anciennes relevant traditionnellement des études indo-européennes (sanskrit, hittite, tokharien, vieux perse, etc.).

Axe B : langues gallo-romanes

Par l’appellation « langues gallo-romanes », nous entendons les langues issues du latin et présentes historiquement sur le territoire gallo-roman, pris dans son extension maximale : occitan, oïl et francoprovençal, mais aussi catalan et langues rhéto-romanes. Sont également acceptées les présentations traitant de langues non-romanes historiquement présentes sur le territoire de la Gallo-Romania, particulièrement si l’étude aborde des phénomènes de contact avec les langues gallo-romanes.

Format

Les présentations seront d’une durée de 20 minutes, suivies de 10 minutes de discussion.
Les langues de communication seront le français et l’anglais.

Conditions

Ces rencontres se tiendront à Lyon, les 15 et 16 juin 2020.

Elles sont en priorité destinées aux jeunes chercheur·ses, c’est-à-dire aux doctorant·es, ATER, post-doc et docteur·es jusqu’à la première année de CDI (maître de conférence ou équivalent). Les étudiant·es en fin de master recherche peuvent également proposer une communication.

Des frais d’inscription de 25,00€ seront demandés. Des exonérations pour les jeunes
chercheur·ses non financé·es sont prévues.

Soumission

Des résumés d’une page maximum, à l’exclusion d’éventuelles figures ou tables et d’une bibliographie, devront être envoyés en deux versions, l’une anonyme et l’autre non, à l’adresse diachro2020 chez gmail.com avant le 31/01/2020. Les documents devront être en format Word (.doc, .docx) ou PDF. Dans la version non-anonyme, merci de préciser votre statut et votre affiliation. Une réponse sera communiquée avant le 29/02/2020. Les deux versions devront indiquer clairement, en en-tête, dans quel axe (A ou B) s’inscrit la communication proposée.

Une fois votre communication sélectionnée, si vous souhaitez publier un article dans les actes des rencontres, vous devrez envoyer une première version de votre article avant les rencontres. Vous disposerez ensuite d’un mois pour apporter des modifications à cette version avant publication.

Les articles devront faire entre 8 et 10 pages, bibliographie, notes, tables et figures incluses. Un modèle de document Word et OpenOffice vous sera envoyé pour réaliser votre mise en page.

Toutes les questions doivent être adressées directement à l’adresse de l’événement : diachro2020 chez gmail.com. Toutes les informations sont à retrouver sur notre carnet Hypothèses : https://diachro.hypotheses.org/1401.

1 Les actes de l’année dernière sont disponibles en ligne, sur le carnet de l ’association et sur HAL-SHS.

 
 Appel

Informations pratiques

À renvoyer avant
le 31/01/2020

Documents à télécharger