Publications


    Voltaire dans l’« Encyclopédie »

    Olivier FERRET

    Paris, Société Diderot
    coll. « L’atelier autour de Diderot & de l’Encyclopédie »
    avril 2016, 416 p.
    ISBN 978-2-9543871-0-9

    Résumé

    Débutant à un moment où l’Encyclopédie affronte l’hostilité grandissante des autorités, la participation de Voltaire est annoncée avec un faste à la hauteur de sa célébrité et de son importance pour l’entreprise. Au delà, en effet, de la quarantaine d’articles qu’il rédige, de nombreux autres s’inspirent de ses œuvres, dont ils reprennent souvent de larges extraits. Olivier FERRET étudie ici, dans toutes ses dimensions, la présence de Voltaire dans le Dictionnaire raisonné et met notamment en lumière le rôle déterminant de Jaucourt dans la diffusion des écrits voltairiens. Il éclaire ainsi la « manufacture » de l’Encyclopédie et montre comment celle-ci perpétue l’image d’un Voltaire poète et historien alors qu’il est en passe de s’imposer comme l’« oracle des nouveaux philosophes ».

    L’auteur

    Olivier FERRET est professeur à l’université Lumière Lyon 2 et membre de l’UMR 5317 (IHRIM). Ses travaux portent sur la littérature polémique du XVIIIe siècle, la diffusion du discours philosophique des Lumières et les Humanités numériques. Il participe aux éditions critiques des œuvres complètes de Voltaire et de D’Alembert, ainsi qu’à l’édition électronique de l’Encyclopédie (ENCCRE). Il a notamment publié La Fureur de nuire, Oxford, Voltaire Foundation, 2007.

    Sommaire

    Introduction

    Dans la « manufacture » de l’Encyclopédie.

    I Voltaire mode d’emploi

    « M. de Voltaire ». Le nom et les périphrases. Une présence limitée mais significative. Voltaire et les branches du savoir encyclopédique. Le poète et l’historien. Le poète. L’historien. Le philosophe ? Les usages de Voltaire. Ornement. Exemple. Référence. Contre-exemples ?

    II Jaucourt et Voltaire

    Copier-coller. Identification des emprunts. Abrégé, précis, détail, extrait, tableau. « Des tableaux intéressans pour embellir l’Encyclopédie » ? Voltaire prêt à l’emploi. Voltaire « philosophe ». Jaucourt voltairien ? III Voltaire « garçon encyclopédiste »
    Des articles pour l’Encyclopédie. Des « cailloux pour fourrer dans quelques coins de mur ». Éléments de cohésion. Le « protocole » voltairien. Définitions. Exemples. Langue et philosophie. Les articles réutilisés. L’article HISTOIRE. L’article IDOLE, IDOLÂTRE, IDOLÂTRIE.

    Conclusion

    Voltaire et l’encyclopédisme.


    Voyages en Amérique

    Charles-Marie de LA CONDAMINE

    Édition de Matthias SOUBISE
    Paris, Les Belles Lettres
    3 décembre 2021, 460 p.
    ISBN 978-2-251-45224-1

    Présentation

    Quand il s’embarque à La Rochelle le 16 mai 1735, Charles-Marie de La Condamine est loin de penser que son voyage en Amérique du Sud occuperait dix ans de sa vie. Parti mesurer un angle de méridien et mettre un terme à la longue querelle scientifique autour de la forme de la Terre, l’homme de science doit affronter, outre la rudesse du climat de la cordillère des Andes, les tensions, les rancœurs et les intrigues qui agitent les membres de cette expédition.

    Biographies Contributeurs

    Charles-Marie de La CONDAMINE

    Délaissant la carrière militaire, Charles-Marie de La Condamine (1701-1774) choisit de se consacrer aux sciences. Élu à l’Académie royale des Sciences en 1730, il est célèbre pour son expédition scientifique dans l’actuel Équateur et son voyage le long de l’Amazone. Homme des Lumières d’une infatigable curiosité, contributeur à l’Encyclopédie, les apports scientifiques de cet « ambulant philosophe », comme l’appelait amicalement Voltaire, touchent des domaines variés. Outre la physique et les mathématiques, il a décrit le quinquina (dont l’écorce servait de remède contre la malaria), promu l’usage de l’inoculation contre la petite vérole et défendu un système de mesure universel, qui deviendra le mètre.

    Matthias SOUBISE est agrégé de Lettres modernes et doctorant IHRIM à l’École normale supérieure de Lyon et à l’université de Neuchâtel. Ses recherches portent sur les représentations de l’Amérique du Sud dans la littérature française du XVIIIe siècle.


    Vulnérables ou dangereux ?
    Une anthropologie du souci des adolescents difficiles

    Yannis GANSEL

    Préface de Richard RECHTMAN
    coll. « Sociétés, Espaces, Temps »
    Lyon, ENS éditions
    29 août 2019, 206 p
    ISBN 979-10-362-0161-5

    Au cours des années 2000, une série de transformations institutionnelles traversent le champ de l’adolescence : reconnaissance de la notion de handicap psychique, accumulation de réformes dans le cadre de la justice des mineurs, développement de dispositifs d’écoute de la souffrance.
    C’est dans ce contexte social que se problématise la catégorie d’« adolescents difficiles ». Il s’agit d’une population de jeunes qui, ne rentrant pas de façon suffisamment satisfaisante dans les cases des savoirs et des pratiques du médicosocial, de la protection de l’enfance, de la justice ou du sanitaire, « se font rejeter de partout ». Cette population interstitielle devient alors l’objet spécifique d’un souci collectif, de savoirs cliniques et d’actions publiques.
    Dans quelles conditions historiques et sociales l’expertise clinique a-t-elle identifié ce problème ? Comment les acteurs de terrain éprouvent ce souci ? Quelles pratiques développent-ils pour le traiter ?
    À partir d’une recherche documentaire et d’une enquête ethnographique de longue durée, cet ouvrage apporte une contribution à l’anthropologie de la santé mentale en France. Il explore concrètement ce que la psychiatrisation signifie, dans le champ des adolescents difficiles, aux confins de la dangerosité et de la vulnérabilité, des pratiques de sollicitude et de contrainte.

    Yannis GANSEL est chercheur associé à l’IHRIM travaillant dans l’axe Histoire et Imaginaire des Sciences et membre du groupe DSM. 


    Walking and the Aesthetics of Modernity
    Pedestrian Mobility in Literature and the Arts

    Klaus BENESCH et François SPECQ (dir.)

    New York, Palgrave Macmillan
    novembre 2016, xxv + 331 p.
    ISBN 978-1-137-60282-4
    eBook ISBN 978-1-137-60364-7

    This book gathers together an array of international scholars, critics, and artists concerned with the issue of walking as a theme in modern literature, philosophy, and the arts. Covering a wide array of authors and media from eighteenth-century fiction writers and travelers to contemporary film, digital art, and artists’ books, the essays collected here take a broad literary and cultural approach to the art of walking, which has received considerable interest due to the burgeoning field of mobility studies. Contributors demonstrate how walking, far from constituting a simplistic, naïve, or transparent cultural script, allows for complex visions and reinterpretations of a human’s relation to modernity, introducing us to a world of many different and changing realities.

    Klaus Benesch is Professor of English and American Studies at the Ludwig Maximilian University of Munich, Germany. He is the author of Romantic Cyborgs : Authorship and Technology in the American Renaissance.

    François Specq is Professor of American Literature and Culture at the École normale supérieure de Lyon and a researcher affiliated with IHRIM, France.


    Why it is Impossible to Write a Biography of William Shakespeare :
    Multiple Names, Contradictory Sources, and Political Purposes

    Yona DUREAU

    Lewiston, The Edwin Mellen Press
    décembre 2018, 260 p.
    ISBN 978-1-4955-0636-9

    Professor Dureau’s re-reading of Shake-speare’s biographers, the “proof” of his life as a player and dramatist undergoes radical revision ; while what she argues will not sit well with traditionalists-an admittedly vague and troublesome term for such a vast critical field as Shakespeare studies-her arguments will accomplish what all good criticism should. Her work will open dialogue that challenges the reader to return to the collected, historical accounts of the poet William Shakespeare.
    Dr. Wayne Narey, Arkansas State University

    Yona Dureau skillfully sketches the literary and historical debate over the identity of the author of the plays signed Shakespeare, underlining the weight of governmental and institutional pressure in the matter. Pointing out the contradictions and anomalies in such life-stories of the author as have been complied, she shows how elements from the plays have recurrently been used in attempts to assess the author’s religious identity or to fill gaps in his life story.
    Prof. Monique Venuat, Université Blaise Pascal


    Work, work your thoughts : Henry V Revisited

    Sophie CHIARI et Sophie LEMERCIER-GODDARD (dir.)

    coll. « Dialogues des Modernités »
    Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal
    9 septembre 2021, 295 p.
    ISBN 9782383770008
    Diffusé par Le Comptoir des presses d’universités

    Table of contents

    Acknowledgements p. 7
    Textual Note p. 9
    Notes on Contributors p. 9

    Sophie Chiari, General Introduction p. 13

    Part I. From Facts to Fiction : Recreative History

    1. Anna Demoux, ‘Henry V and Holinshed’s Chronicles or the Dramatisation of Chronicle Writing Materials’ p. 27
    2. Emily Smith, ‘“Ciphers to this great account” : Shorthand and the Depiction of History in Henry V’ p. 43
    3. Paul Innes, ‘Eliding Military and Political History in Henry V’ p. 59
    4. Lisa Hopkins, ‘Remembering and Forgetting in Henry V’ p. 73

    Part 2. The Rhetoric and Politics of Warfare : From Silence to Ostentation

    5. James Tink, ‘“Make Imaginary Puissance” : Force, Labour and Imagination in Henry V’ p. 89
    6. Jean-Marc Chadelat, ‘War and Ideology in Shakespeare’s Henry V’ p. 107
    7. Murat Ögütcü, ‘Of Pistols and Pikes : Weapons of War in Shakespeare’s Henry V’ p. 125

    Part 3. Cultural and Social Representations : Fashioning the Self, Fashioning Others

    8. Ursula Clayton, ‘“Base Tick, call’st thou me host ?” : Social Parasitism in Henry V’ p. 143
    9. Mylène Lacroix, ‘Defiling Locks : The Language of Rape and Sexual Violence in Henry V’ p. 159
    10. Céline Savatier-Lahondès, ‘Margins and Centre : Celtic Otherness and the Idea of Nation in Henry V’ p. 177

    Part 4. Imaginative Constructions : Beliefs and Perspectives

    11. Sophie Lemercier-Goddard, ‘Bad Humours in Henry V’ p. 195
    12. Michèle Vignaux, ‘“That which you hear you’ll swear you see” : The Triumph of Illusion in Henry V’ p. 209
    13. Jean-Louis Claret, ‘“Let us […] / On your imaginary forces work” : Persuasion, Perspective and Hypnosis’ p. 229
    14. Julie Coblentz, ‘Myths of a Nation in The Hollow Crown : A Televisual Epic’ p. 245

    Voir la collection « Dialogue des modernités »


    « À qui lira » : Littérature, livre et librairie en France au XVIIe siècle

    Mathilde BOMBART, Sylvain CORNIC, Edwige KELLER-RAHBÉ, Michèle ROSELLINI (dir.)

    Actes du 47e congrès de la NASSCFL (Lyon, 21-24 juin 2017)
    coll. « Biblio 17 »
    Tübingen (Allemagne), Gunter Narr Verlag
    31 août 2020, 749 p.
    ISBN 978-3-8233-8423-6

    Cet ouvrage réunit les contributions de chercheurs et chercheuses en histoire du livre et de l’édition, d’une part, en histoire littéraire, de l’autre, afin de mettre en lumière, par le concours de leurs connaissances et de leurs méthodes spécifiques, les interactions politiques, économiques et culturelles entre le monde du livre et la création littéraire dans la France du XVIIe siècle, et d’interroger les représentations qui s’y attachent.

    Mathilde BOMBART est maîtresse de conférences habilitée à diriger les recherches à l’université Jean Moulin Lyon 3 où elle co-dirige l’équipe IHRIM Lyon 3 (UMR 5317). Centrant son travail sur l’histoire des pratiques de publication et de lecture, elle est l’auteur de Guez de Balzac et la Querelle des Lettres. Écriture, polémique et critique dans la France du premier XVII e siècle (Paris, Champion, 2007).

    Sylvain CORNIC, maître de conférences en littérature française à l‘université Jean Moulin Lyon 3 et chercheur au sein de l’Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités (IHRIM-UMR 5317), consacre ses recherches aux relations entre l’art dramatique et la musique, de la seconde moitié du XVIIe siècle au début du XVIIIe, à l’opéra et au théâtre français de la même période, au dramaturge Philippe Quinault.

    Edwige KELLER-RAHBÉ est maîtresse de conférences en littérature française du XVIIe siècle à l‘université Lumière Lyon 2. Chercheuse au sein de l’Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités (IHRIM-UMR 5317), ses travaux s’organisent autour de trois axes principaux : les genres narratifs et fictionnels ; les femmes de lettres du second XVIIe siècle (Marie-Catherine Desjardins de Villedieu, Catherine Bernard, femmes dramaturges) ; les rapports entre littérature, livre et librairie (en particulier les privilèges d’impression).

    Michèle ROSELLINI est chercheuse associée au sein de l’Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités (IHRIM-UMR 5317). Ses travaux portent sur les pratiques de lecture et les usages du livre au XVIIe siècle, le courant libertin (particulièrement le libertinage licencieux) et sa réception au XIXe siècle (Sorel, Cyrano, Blessebois), la poésie épicurienne à l’âge classique (Théophile, Malleville, Tristant l’Hermite).


    « COMME DES LUMIÈRES JAMAIS VUES ». Matérialisme et radicalité politique dans les premières Lumières à Naples (1647-1744)

    Pierre GIRARD

    Paris, Honoré Champion
    coll. « travaux de philosophie »
    mai 2016, 402 p.
    ISBN 9782745330062

    Résumé

    Ce livre traite de l’introduction et du développement de la modernité à Naples entre 1647, date de la révolution de Masaniello, et 1744, date de la mort de Giambattista Vico. Le contexte, qui se caractérise par une urgence due aux troubles politiques, par l’instabilité géologique, ainsi que par l’épidémie de peste de 1656, donne une forme originale à cette modernité. Cette spécificité se vérifie dans la diffusion particulière du double héritage de Galilée et du cartésianisme dans la seconde moitié du Seicento dans le sillage de thèses matérialistes. La radicalité des Lumières napolitaines, loin d’être une thèse posée dès le départ, suit en réalité, par le biais de la logique des conflits et des querelles, des effets de radicalisation progressifs dans lesquels se trouvent pris les novatores, qui donnent une forme originale au développement des premières Lumières dans l’Italie méridionale.

    Auteur

    Pierre Girard, professeur des Universités dans le Département d’études italiennes de l’université Jean Moulin Lyon 3, est agrégé et docteur en philosophie. Ses recherches portent sur l’histoire des idées et sur la philosophie politique en Italie à l’Âge classique (XVIIe-XVIIIe siècles). Il fait partie de l’UMR 5317 du CNRS (IHRIM/CERPHI), du programme Blanc ANR « Anthropos » et du Labex Comod.


    « L’Arabe » colonisé dans le théâtre français.
    De la conquête de l’Algérie aux grandes expositions coloniales (1830-1931)

    Amélie GREGÓRIO

    coll « Théâtre et Société »
    Lyon, PUL
    3 septembre 2020, 360 p.
    ISBN 978-2-7297-1216-7

    Négligé par la critique postcoloniale, le théâtre, dans ses formes variées, et notamment populaires, a pourtant largement accompagné la colonisation française de l’Afrique du Nord et la formation d’un esprit colonial, depuis le débarquement des troupes françaises en Algérie en 1830 jusqu’au grand rendez-vous impérialiste que fut l’Exposition coloniale de 1931. S’appuyant sur des préjugés existants, les renforçant, en forgeant parfois de nouveaux pour les besoins du spectacle, les pièces écrites à l’époque coloniale ont donné de multiples représentations de la fi gure de « l’Arabe » : bestial, fourbe, idiot ou « exotique », dans tous les cas inférieur au « Blanc », cet « autre » apparaît toujours comme un être dominé.

    À partir de l’analyse historique, sociologique et esthétique d’un répertoire méconnu de près de deux cents pièces , mais aussi de leur mise en scène et de leur réception par la critique et des publics divers, Amélie GREGÓRIO interroge la transformation des représentations en discours, sans perdre de vue les enjeux proprement artistiques et sans prétendre a priori que toute pièce représentant des « Arabes » est obligatoirement, et de façon univoque, idéologique.

    Cet ouvrage est issu de la thèse d’Amélie Gregorio..


    « Qu’il naisse l’observateur »
    Penser l’observation (1750-1850)

    Lucien DERAINNE

    coll. « Histoire des idées et critique littéraire »
    Genève, Droz
    septembre 2022, 352 p.
    ISBN 978-2-600-06375-3

    Scientifique, impersonnelle, désengagée : aucun de ces adjectifs ne convient à l’observation entre 1750 et 1850. Ce qu’on appelait alors l’« esprit d’observation » était un talent universel, dont l’existence menaçait le consensus scientifique. Dans la philosophie sensualiste, plus un individu est observateur, plus il se perfectionne au contact du monde : l’observation ne dévoile la vérité qu’en faisant diverger les esprits. Pour résoudre ce dilemme, la méthodologie se fit politique et nourrit une pensée contestataire, de la bohème littéraire du XVIIIe siècle aux socialistes du XIXe. L’invention de l’objectivité finit par clore les débats, vers 1850, en annulant le génie d’observation au profit d’une substitution conventionnelle entre savants. Néanmoins, l’ancien schéma méthodologique se maintint dans la littérature réaliste. L’auteur observateur définit un réel commun à partir d’une négociation critique sur les talents. Cette littérature réaliste constitue donc une proposition épistémologique originale, qui interpelle encore nos sciences humaines.


    Œuvres

    Louise LABÉ

    Édition de Michèle CLÉMENT et Michel JOURDE

    coll. « GF - Poésie »
    Paris, Flammarion
    20 avril 2022, 416 p.
    ISBN 978-2-0802-3190-1

    Avant-propos de Natalie ZEMON DAVIS

    En publiant un unique livre en 1555, Louise Labé a fait entendre une voix nouvelle. Un dialogue mythologique insolent et facétieux, trois élégies et vingt-quatre sonnets, le tout précédé d’une saisissante épître programmatrice et suivi de vingt-quatre poèmes de « divers Poètes » en son honneur : autant de manières de renouveler les représentations de l’amour transmises par la littérature et la société et de revendiquer pour les femmes le droit de penser et d’écrire.
    Cette nouvelle édition intégrale des Œuvres de Louise Labé Lyonnaise donne à entendre cette voix pour les lecteurs d’aujourd’hui, notamment grâce à une double annotation qui éclaire à la fois les subtilités lexicales et les références d’une écriture originale et puissante.

    Dossier
    1. La fabrique des « Écrits de divers Poètes »
    2. Qui a participé aux Œuvres de Louise Labé Lyonnaise ?
    3. Dans l’atelier des sonnets : les sonnets II et III
    4. Chronologie : Louise Labé à travers les archives
    5. L’histoire du livre et de sa réception.


    Œuvres complètes. Fictions brèves : nouvelles, contes et fragments. 1841-1851

    George SAND

    Mouny-Robin (1841)
    Édition critique par Olivier BARA
    Carl (1843)
    Édition critique par Jeanne BRUNEREAU
    Histoire du véritable Gribouille (1851)
    Édition critique par Pascale AURAIX-JONCHIÈRE et Ève SOURIAN

    coll. « Textes de littérature moderne et contemporaine »
    Paris, Honoré Champion
    27 août 2021, 234 p.
    ISBN 978-2-7453-5423-5

    Mouny-Robin

    Assistant à l’Opéra de Paris à une représentation du Freischütz, opéra fantastique de Carl Maria von Weber, le narrateur de Mouny-Robin prend ses distances avec le rationalisme de son voisin français, désireux de tout expliquer « par amour du vrai », comme avec l’« amour du fabuleux » de son autre voisin, un Allemand livré aux fantaisies de son imagination. Ce narrateur invite à aller retrouver en pleine nature, loin du plafond et des quinquets de l’Opéra, les sources vives de l’imaginaire fantastique.

    Carl

    Dans cette courte nouvelle fantastique qui mêle musique et littérature, Carl, compositeur et chef d’orchestre viennois, semble revivre lorsqu’un jeune garçon, fils d’aubergiste maltraité par son père, révèle des dons insoupçonnés de musicien pendant ses crises de somnambulisme.

    Histoire du véritable Gribouille

    Le petit Gribouille, jugé sot et mal aimé par sa famille, s’enfuit dans la forêt, où sa rencontre avec diverses créatures surnaturelles affiliées au conte, comme Monsieur Bourdon, l’entraîne dans une quête de la sagesse. Réfugié sur l’île des fleurs, un espace à valeur d’utopie, il choisira grâce à sa marraine, la reine des prés, de se sacrifier pour pacifier un monde belliqueux mû par l’amour du gain.


    Œuvres complètes. 1847 : Lucrezia Floriani. 1851 : Le Château des désertes

    Georges SAND

    Édition critique par Amélie CALDERONE.
    Avec la collaboration d’Olivier BARA
    coll. « Textes de littérature moderne et contemporaine »
    Paris, Honoré Champion
    24 février 2021, 596 p.
    ISBN 9782745354556

    Rédigés au cours de ces années 1846-1847 qui ont marqué un tournant dans la vie et la carrière de George Sand, Lucrezia Floriani et Le Château des Désertes dessinent le trajet d’une résurrection. À la descente de Lucrezia dans les abysses de la Passion au sein du grand roman de la jalousie qu’est le premier volet, le second opus apporte le nécessaire contrepoint d’une remontée vers la lumière par la grâce du jeu dramatique – promesse de régénération à la faveur de ses enfants. Récits intimes, les romans se présentent comme une œuvre aux enjeux multiples, que l’on ne saurait réduire à l’anecdote privée, car s’y joue la transfiguration poétique de l’existence d’une femme, d’une autrice, d’une artiste et d’une citoyenne jamais résignée.


    Œuvres complètes. 20
    Correspondance, III

    MONTESQUIEU

    Directeur·trice de l’ouvrage : Philip STEWART & Catherine VOLPILHAC-AUGER

    coll. « Bibliothèque du XVIIIe siècle »
    série Montesquieu, Œuvres complètes, n° 13
    Paris, Classiques Garnier
    24 mars 2021, 624 p.

    Résumé

    De 1747 à 1750, Montesquieu prépare avec minutie et prudence la publication de L’Esprit des lois ; il en savoure le triomphe et affronte les critiques, répondant par la Défense de L’Esprit des lois et luttant contre l’Index, tout en soutenant l’académie de Bordeaux contre l’intendant Tourny.
    Un volume de 624 pages. Lettres 652-860 + vingt-cinq annexes (p. 363-582) + index (noms, thèmes et sujets traités, liste des correspondants, liste chronologique des lettres, concordance des éditions récentes de correspondance de Montesquieu)

    Ouvrage réalisé avec le soutien de la Fondation La Poste

    Éditeur·trices scientifiques

    Jens HÄSELER, Nadezda PLAVINSKAIA, Jean-Pierre POUSSOU, Philip STEWART, Caroline VERDIER, Catherine VOLPILHAC-AUGER


    Œuvres complètes. Tome 17.
    Extraits et notes de lectures, II

    MONTESQUIEU

    Éditeur·trice·s scientifiques : Lorenzo BIANCHI, Pierre BRIANT, Denis de CASABIANCA, Christian CHEMINADE, José KANY-TURPIN, Christophe MARTIN, Rolando MINUTI, Jeanne PEIFFER, Pierre RÉTAT, Philip STEWART, Christine THÉRÉ, Catherine VOLPILHAC-AUGER
    Directeur d’ouvrage : Rolando MINUTI
    coll. « Bibliothèque du XVIIIe siècle », série Montesquieu, Œuvres complètes
    Paris, Classiques Garnier
    18 avril 2018, XXXVI-732-13 illustr.
    ISBN : 978-2-406-07157-0

    Les notes marginales laissées par Montesquieu et les extraits, parfois très développés, d’ouvrages constituant sa « bibliothèque manuscrite » étaient pour la plupart inédits. Ils constituent un point d’accès essentiel à son œuvre, tout en révélant sa méthode de travail et la genèse de sa pensée.

Archives des publications

Signaler une publication

Prénom NOM (le cas échéant responsabilité : coord., dir. etc.)

Collection (le cas échéant) / Maison d'édition / Nb. de pages, année / ISSN, ISBN, EAN... /