Publications


    Chemins du cartésianisme

    Antonella DEL PRETE, Raffaele CARBONE

    coll. « Constitution de la modernité »
    Paris, Classiques Garnier
    8 novembre 2017, 276 p.
    ISBN 978-2-406-07184-6

    Cet ouvrage contribue au vaste domaine d’études qu’est l’histoire du cartésianisme. Analysant une pensée qui reste vivante à cause de sa capacité de se réfracter sous des aspects inattendus, il explore des sujets qui se situent à l’intersection de plusieurs champs thématiques : théologie, physique, médecine, etc. Ce volume est issu d’un colloque organisé il y a deux ans à l’ENS de Lyon par le Collegium de Lyon, l’ENS de Lyon, le LabEX Comod, l’UMR 5037 - IHPC, devenu l’IHRIM après fusion avec le LIRE.


    Chronique de la Régence et du règne de Louis XV.
    Tome I (1718-1726)

    Edmond Jean François BARBIER

    Édition de Pierre BONNET, Henri DURANTON, Fadi EL HAGE et Denis REYNAUD
    coll. « Lire le dix-huitième siècle »
    Paris, Classiques Garnier
    5 août 2020, 548 p.
    ISBN 978-2-406-09883-6
    Mise en ligne le 15 avril 2020.

    Avec sa Chronique de la Régence et du règne de Louis XV, qui embrasse plus d’un demi-siècle (1718-1763), l’avocat parisien BARBIER s’est imposé comme un des grands mémorialistes de son temps. Ce texte incontournable mérite d’être lu et cité dans une édition scientifique moderne.


    Chroniques de Port-Royal n° 65, 2015
    « Port-Royal au XIXe siècle »

    Simon ICARD et Stéphane ZÉKIAN (dir.)

    Société des Amis de Port-Royal
    juin 2015, n° 65, 501 p.
    ISBN : 979-10-92360-02-8
    ISSN : 0529-4975

    Dans la tradition universitaire et savante, la distinction perdure entre un Port-Royal littéraire et théologique et un jansénisme contestataire postérieur à la destruction du monastère et à la publication de la bulle Unigenitus. Le découpage chronologique, comme les traditions académiques, renforce cette distinction entre le XVIIe et le XVIIIe siècle : le premier étant l’apanage des spécialistes de la littérature, le second celui des historiens.

    Organisé par la Société des Amis de Port-Royal et le laboratoire LIRE du CNRS, le colloque, qui s’est tenu à Lyon, en octobre 2014, a pu montrer à quel point ce découpage et la vision de Port-Royal et du jansénisme qu’il induit sont tributaires du XIXe siècle. Ce siècle de grands débats a enrôlé, désigné ou dénoncé le souvenir du monastère. De la publication des Ruines de Port-Royal par l’abbé Grégoire jusqu’aux écrits d’Anatole France à l’aube du XXe siècle, en passant par l’œuvre monumentale de Sainte-Beuve, Port-Royal fut point de ralliement ou repoussoir mais n’a jamais cessé d’être présent dans les disputes, qu’il s’agisse de théologie, de politique, de littérature ou de philosophie. Si la dimension spirituelle a progressivement perdu de son acuité, les images, comme les toiles de Champaigne, les grandes figures, notamment Pascal, ou les productions savantes liées au monastère sont, quant à elles, passées dans le domaine public. Ce numéro entend contribuer à tirer le XIXe siècle des bas-côtés de l’historiographie port-royaliste, mieux, à l’installer au cœur d’une réflexion collective sur le rôle de cette époque dans la mise en place et la fixation des grands cadres mémoriels qui sont les nôtres aujourd’hui.


    Chroniques de Port-Royal n° 70, 2020
    « Port-Royal, littérature et cinéma (XXe-XXIe siècles) »

    Constance CAGNAT-DEBOEUF, Tony GHEERAERT et Laurence PLAZENET (dir.)

    Société des Amis de Port-Royal
    Diffusé par la librairie Vrin
    30 novembre 2020, 544 p.
    ISBN 979-10-92360-07-3

    Actes du colloque organisé par Constance CAGNAT-DEBOEUF, Tony GHEERAERT et Laurence PLAZENET.
    « Port-Royal m’attire trop » écrivait Julien Green. Trois siècles après sa destruction, l’abbaye continue de fasciner. Écrivains et cinéastes ont été nombreux au XXe et au XXIe siècles à mettre en scène le monastère et les grandes figures qui ont marqué son histoire, sans être retenus par l’hostilité bien connue de Port-Royal envers les fictions et les images abusives, mais en se montrant parfois étonnamment critiques, à l’instar de Julien Green qui juge excessif l’intérêt qu’il porte à l’abbaye. Ainsi est-il nécessaire de s’interroger tant sur cet intérêt perpétué, voire redoublé, pour Port-Royal, que sur les réserves qu’il peut inspirer. Pourquoi parler, d’ailleurs, de « fascination » ? Que représente Port-Royal pour les écrivains et les cinéastes qui s’y confrontent encore aujourd’hui ? Emblème de la liberté de conscience et symbole d’une résistance à l’oppression injuste des hommes ? Occasion d’une exploration « des abysses » (Jean-Philippe Toussaint) du mal et de la finitude ? Remède au « monde moderne » (Charles Péguy) ? Pourquoi Port-Royal est-il placé du côté d’une séduction irrésistible et troublante, sinon dangereuse ? Que fait-il aux âmes et que dit-il d’elles ? Que laisse-t-il entrevoir de l’écriture contemporaine ?

    Au carrefour de la littérature et du cinéma, de la critique et de la création, le colloque 2019 de la Société des Amis de Port-Royal s’est efforcé d’explorer un Port-Royal méconnu, et souvent surprenant, celui des artistes, écrivains et cinéastes, d’hier et d’aujourd’hui. Port-Royal demeure une source vive d’inspiration. Tantôt elle irrigue abondamment ; tantôt elle ne fait qu’affleurer sous les jeux divers de la réécriture et du détournement. Revisité, relu, Port-Royal n’en finit pas d’exaspérer le désir de percer une vérité énigmatique, éclatante et fuyante.


    Chroniques de Port-Royal n° 71, 2021
    « Port-Royal et l’interprétation des Écritures »

    Hubert AUPETIT, Simon ICARD et Élisabeth VUILLEMIN (dir.)

    Société des amis de Port-Royal
    Diffusé par la librairie Vrin
    juillet 2021, 332 p.
    ISBN 979-10-92360-08-0

    Actes du colloque international organisé par Hubert AUPETIT, Simon ICARD et Élisabeth VUILLEMIN (doctorante IHRIM).

    Port-Royal a marqué pour longtemps la culture biblique française avec la fameuse Bible de Sacy, admirée par beaucoup pour la beauté de sa langue. Cette traduction de la Bible a déjà suscité des études, qui éclairent son contexte et ses enjeux, mais on manque encore d’une synthèse sur la manière dont l’herméneutique biblique était pratiquée dans le milieu intellectuel lié au monastère. Le colloque « Port-Royal et l’interprétation des Écritures » en propose une esquisse. Deux axes ont été privilégiées : d’une part, rendre compte des différents contextes où l’on trouve, à Port-Royal, une interprétation des Écritures, aussi bien sous forme de traduction que d’explication ; d’autre part, situer Port-Royal dans l’histoire longue de l’exégèse. Le rayonnement intellectuel de Port-Royal dans la société française arrive à un moment où le rapport à la Bible des chrétiens en général, et des catholiques en particulier, est en mutation profonde. La réflexion herméneutique de Port-Royal paraît assez libre : les autorités ecclésiales lui reprochent un défaut de catholicité, et Richard Simon, un défaut de scientificité. Mais cette réflexion n’est pas hors-sol. Elle revendique, outre un retour à l’Écriture, l’héritage des Pères de l’Église, dont l’œuvre exégétique fondatrice est largement reconnue. Port-Royal s’inscrit ainsi dans le renouveau des études patristiques au XVIIe siècle.


    Commentaires à la Métaphysique d’Aristote. Livres Petit Alpha et Beta

    Alexandre d’APHRODISE

    Introduction, traduction et notes par Laurent LAVAUD (petit Alpha)
    coll. « Bibliothèque des Textes Philosophiques »
    Paris, Vrin
    janvier 2021, 320 p.
    ISBN 978-2-7116-2890-2

    Parmi les commentateurs d’Aristote, Alexandre d’Aphrodise (IIe -IIIe siècles) est, depuis l’Antiquité, tenu pour « l’Exégète par excellence ». Titulaire de la chaire impériale de philosophie péripatéticienne à Athènes, il a rédigé nombre de commentaires aux œuvres d’Aristote. Son commentaire à la Métaphysique a servi à la fois de modèle et de source à la tradition ultérieure, des Néoplatoniciens grecs à la pensée médiévale byzantine, arabe et latine.
    Le livre Petit alpha de la Métaphysique lui donne l’occasion de revenir sur le projet général de la « sagesse » ou « philosophie première », qui guide l’ouvrage en son entier. Aux interprètes antérieurs, qui ont douté de l’authenticité et de l’appartenance du livre au traité, Alexandre répond qu’il ne peut être que l’œuvre d’Aristote. En organisant en un système déterminé les intuitions éparses de Petit Alpha, Alexandre transforme durablement la figure de la métaphysique aristotélicienne.
    Le livre Beta est, quant à lui, connu comme le livre des « apories », ces difficultés qui se posent à tout métaphysicien. Le livre constitue à ce titre, du point de vue d’Alexandre, le vrai commencement de la Métaphysique. Alexandre voit dans ces apories un moment proprement exploratoire, formant, de ce fait, autant de manières de mettre le métaphysicien en quête de la vérité.
    La traduction ici présentée est la première donnée en français de l’un des grands Commentaires lemmatiques qui ont fait la réputation d’Alexandre. Elle repose sur un texte grec révisé en profondeur.

    Les auteurs

    Introduction, traduction et notes par Laurent LAVAUD (petit Alpha) et G. GUYOMARC’H (Beta)


    Comparaison semi-automatique des traductions françaises de l’Odyssée d’Homère (1547-1955)

    Mariane REBOUL

    coll. « Cultures et pratiques savantes du numérique »
    Paris, Classiques Garnier
    3 août 2022, 508 p.
    ISBN 978-2-406-12959-2
    DOI : 10.48611/isbn.978-2-406-12961-5

    Cette étude est une analyse des traductions françaises de l’Odyssée de la Renaissance à nos jours. Elle participe à la constitution de l’histoire des traductions grâce à un nouvel outil numérique, qui permet de réévaluer la transmission d’un texte fondateur de la culture occidentale.
    This study analyzes French translations of the Odyssey from the Renaissance to the present day. It contributes to the history of translations thanks to a new digital tool, which makes it possible to reassess the transmission of a founding text of Western culture.

    Cette ouvrage est issue de la thèse éponyme soutenue le 5 octobre 2017 à Paris 4.
    Voir aussi la conférence de Mariane REBOUL sur le même sujet sur notre site.


    Condillac, philosophe du langage ?

    Aliènor BERTRAND (dir.)

    coll. « La croisée des chemins »
    Lyon, ENS éditions
    2 novembre 2016, 196 p.
    ISBN 2-84788-810-1
    ISSN 17658128
    Version électronique disponible en tant que GTIN-13 - (EAN 13) 9782847888119

    Que Condillac soit un « philosophe du langage » est une cause entendue. Encore faut-il savoir en quel sens il peut l’être. Qu’il soit philosophe, au sens du XVIIIe siècle, et qu’il ait beaucoup écrit sur le langage suffit-il à faire de lui un « philosophe du langage » au sens où le XXe siècle en a consacré l’expression ? Ses commentaires sur la tradition des grammairiens ou son étonnant Dictionnaire des synonymes relèvent-ils vraiment de la « philosophie du langage » ? Comment juger de son intérêt pour l’origine du langage, longtemps tenu comme obscur par les linguistes ? Fait-il de lui aujourd’hui un précurseur de la paléo-linguistique ? Au fil d’une enquête rigoureuse menée par des chercheurs de diverses disciplines, historiens de la philosophie, philosophes du langage, linguistes, lexicographes, ce volume propose un parcours surprenant, menant de la philosophie contemporaine du langage à l’analyse de la langue française, en passant par la théorie de la langue. De la « philosophie du langage » à l’art d’écrire, en somme.
    Version numérique disponible sur OpenEdition Books


    Contes de la pampa

    Manuel UGARTE

    Édition d’Axel GASQUET
    coll. « Classiques jaunes »
    Paris, Classiques Garnier
    24 mai 2018 [1re éd. 2015], 247 p.
    ISBN 978-2-406-07951-4

    Contes de la Pampa décrit la violence sociale dans la Pampa argentine à la fin du XIXe siècle. Ces contes témoignent de la façon dont l’imagination littéraire envisage la résolution des désaccords entre l’utopie libérale républicaine et les conséquences que la modernité a sur la culture, les mœurs et la politique.


    Contes de la Pampa

    Manuel UGARTE

    Édition d’Axel GASQUET
    Paris, Classiques Garnier
    coll. « Littératures du monde »
    23 septembre 2015, 201 p.
    ISBN 978-2-8124-4717-4

    Cet ouvrage décrit la violence sociale dans la Pampa argentine à la fin du XIXe siècle. Ces contes témoignent de la façon dont l’imagination littéraire envisage la résolution des désaccords entre l’utopie libérale républicaine et les conséquences que la modernité a sur la culture, les mœurs et la politique.


    COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature n°29, 2020
    « Logiques de la commande (XXe-XXIe siècles) »

    Adrien CHASSAIN, Maud LECACHEUR, Fanny LORENT et Hélène MARTINELLI (dir.)

    Diffusée en ligne sur OpenEdition
    Date de mise en ligne : 15 décembre 2020
    eISSN 1783-094X
    Directrice scientifique IHRIM : Hélène MARTINELLI


    Contre le théâtre politique

    Olivier NEVEUX

    Paris, La Fabrique éditions
    12 avril 2019, 320 p.
    ISBN  9782358721738

    Un impératif politique pèse sur le théâtre public contemporain. Il est sommé de créer du « vivre ensemble » et de parler du monde. Le théâtre doit s’impliquer dans la réalité, la documenter voire la critiquer.
    Ce livre s’intéresse à la multiplication de ces spectacles citoyens ou engagés. Il tente d’en cerner les enjeux et, par là, de réfléchir au statut et au devenir de l’art par gros temps néolibéral. Non pas que la politique serait préjudiciable au théâtre ; Olivier Neveux prend le parti inverse : celui de la rencontre possiblement fructueuse des deux. « Contre le théâtre politique » signifie contre ce qui neutralise le théâtre et la politique dans le conformisme de leur alliance.
    L’ouvrage saisit l’occasion de spectacles contemporains, mais aussi l’histoire, pour réfléchir à la possibilité qu’ont les œuvres de porter quelques coups à la réalité de la domination tout autant qu’à la domination de la réalité. Des coups incomparables, propres à ce que seul le théâtre permet.


    Corpo a corpo con il linguaggio.
    Il pensiero e l’opera letteraria di Monique Wittig

    Eva FEOLE

    coll « Àltera. Politiche e teorie della sessualità » [Altérité. Politique et théories de la sexualité]
    Edizioni ETS
    décembre 2020, 172 p.
    ISBN 9788846759443

    Cet ouvrage est issu de la thèse d’Eva Feole, dirigée par Stéfano GENETTI et Jean-Marie ROULIN, en cotutelle de l’université de Vérone et l’université Jean Monnet - IHRIM à Saint-Étienne.

    Résumé italien

    Autrice irriverente, ironica ed eclettica, Monique Wittig riscrive le vicende mitiche e letterarie che fondano la cultura occidentale con l’obiettivo di mandare in frantumi il regime della rappresentazione eterosessuale e patriarcale. Forzando il marchio di genere nel linguaggio e dando vita a un nuovo immaginario popolato da storie e corpi lesbici, la scrittura di Wittig rovescia il canone letterario e mette in questione il punto di vista straight di chi legge, colpendone il corpo e disturbandone i sensi. Questo libro si propone di entrare nel cuore del progetto politico-letterario di Wittig e di mostrare come, in un momento storico in cui sembra che il lesbismo sia stato definitivamente integrato nella società eterosessuale, le opere dell’autrice siano invece capaci di mettere in scena soggetti lesbici in grado di disturbare ancora.

    Résumé en français

    Mots incarnés et corps illisibles. La pensée et l’œuvre littéraire de Monique Wittig (titre de la thèse)

    Autrice irrévérencieuse, ironique et éclectique, Monique Wittig réécrit les histoires mythiques et littéraires qui ont fondé la culture occidentale dans le but de faire éclater le régime de représentation hétérosexuelle et patriarcale. En forçant la marque du genre dans le langage et en donnant naissance à un nouvel imaginaire peuplé d’histoires et de corps lesbiens, l’écriture de Wittig renverse le canon littéraire et remet en question le point de vue straight du lecteur, affectant son corps et perturbant ses sens. Ce livre vise à entrer au cœur du projet politico-littéraire de Wittig et à montrer comment, dans un moment historique où il semble que le lesbianisme ait été définitivement intégré dans la société hétérosexuelle, les œuvres de l’auteur sont plutôt capables de mettre en scène des sujets lesbiens qui sont encore capables de déranger. [Traduit avec www.DeepL.com]

    L’autrice

    Eva Feole est titulaire d’un doctorat en littérature française contemporaine des universités de Vérone et de Saint-Étienne (Lyon) et enseigne le français dans les écoles publiques en Italie. Activiste féministe, passionnée par la culture lesbienne et la littérature butch-femme, elle a publié plusieurs articles sur Monique Wittig.


    Correspondance

    Pierre BAYLE

    Édition de †Élisabeth LABROUSSE et Antony MCKENNA, Wiep van BUNGE, Edward JAMES, Bruno ROCHE, Fabienne VIAL-BONACCI et Éric Olivier LOCHARD, et al
    Oxford, The Voltaire Foundation, 1999-2017, 15 vol.
    juin 2017, cccxcii+8202 p., 192 ill.
    ISBN 978-0-7294-1202-5

    Pierre Bayle (1647-1706) sera l’un des philosophes et hommes de lettres les plus connus et les plus universellement admirés de son siècle. Ses principaux ouvrages, surtout son Dictionnaire historique et critique, ont un énorme succès européen et seront une très riche source d’inspiration pour les philosophes des Lumières. Composée en Hollande où son protestantisme l’avait contraint à s’exiler, sa vaste correspondance, qui comprend plus de 1700 lettres, offre un aperçu unique sur les débats historiques, philosophiques, religieux, politiques et culturels de son temps.

    • la première édition complète de sa correspondance

    • une perspective unique sur les querelles religieuses, philosophiques et politiques du 17e siècle

    • des lettres qui préfigurent l’avènement d’une nouvelle conception de la tolérance religieuse à l’époque des Lumières

    • un réseau de correspondants typique de la République des lettres

    • une annotation méticuleuse avec documents clairement mis en contexte.

    Pierre Bayle (1647-1706) became one of the most well known and admired philosophers and man of letters of the seventeenth century. His key works, in particular the Dictionnaire historique et critique, were universally admired and a great source of inspiration for the Enlightenment philosophers. Written from the vantage point of Holland where he lived as a Protestant exile, his vast correspondence of over 1700 letters provides a unique insight into the historical, philosophical, religious, political and cultural debates of the time.

    • the first complete edition of Bayle’s correspondence

    • letters offer key insights into the 17th-century religious, philosophical and political quarrels

    • letters herald the birth of the Enlightenment’s new conception of religious toleration

    • the network of correspondents exemplifies the Republic of Letters

    • meticulously edited with fully contextualized notes and documents.


    Correspondance (1569-1614)

    Marguerite de VALOIS

    coll. « Textes de la Renaissance »
    Paris, Classiques Garnier
    30 mai 2018, 676 p.
    [1re édition : Honoré Champion, 1998]
    ISBN : 978-2-406-08183-8

    Édition critique établie par Éliane VIENNOT
    Réunie pour la première fois en 1998, restituée en orthographe originale, la correspondance active et passive de Marguerite de Valois rassemble un demi-millier de lettres échangées entre la reine et ses correspondants, des monarques (Catherine de Médicis, Henri III, Henri IV…) à ses « domestiques ».

Archives des publications

Signaler une publication

Prénom NOM (le cas échéant responsabilité : coord., dir. etc.)

Collection (le cas échéant) / Maison d'édition / Nb. de pages, année / ISSN, ISBN, EAN... /