Discours sur les arts et historiographie

Ce premier sous-axe entend traiter des discours sur les arts, d’un point de vue critique et historiographique. Il s’interroge sur la nature, la valeur et les caractéristiques des discours sur les arts, ainsi que sur l’historiographie des pratiques et des courants, pour réévaluer si nécessaire les ruptures et continuités de l’histoire des arts.
L’étude des discours sur l’art s’appuie sur les écrits ou les paroles des artistes eux-mêmes (compositeurs, acteurs notamment), ou des commentateurs. Cette étude permet de rendre compte des pratiques passées et présentes via une approche terminologique précise (par exemple par l’étude des dictionnaires de théâtre et de musique, ou celui des compositeurs) qui pose la question historiographique de la possibilité d’une histoire des pratiques.
Les visions historicisées construites par l’ensemble de ces discours, auxquelles s’ajoutent les commentaires plus récents, méritent d’être discutées et remises en cause : ainsi par exemple du romantisme, en théâtre et en musique, ou encore des pratiques théâtrales comprises entre le XVIIe et le XIXe siècle.
Cette perspective historiographique questionne les scansions historiques depuis des disciplines différentes (littérature, histoire de l’art, études théâtrales, musique et musicologie, philosophie, etc.). La multiplicité des disciplines représentées permet de confronter les différentes manières d’écrire l’histoire des arts et d’en faire bouger les contours.