Orthodoxies et hétérodoxies

Alors que l’Europe médiévale avait connu une situation d’unité religieuse (même si celle-ci connaissait des minorités, des hétérodoxies et un schisme majeur), ce qui caractérise les modernités successives est au contraire la multiplication des confessions et leur constitution en orthodoxies rivales. À côté et à l’intérieur du catholicisme, du luthéranisme et du calvinisme, courants et sectes prolifèrent et jouent un rôle majeur dans le développement d’idées novatrices. C’est pourquoi on ne saurait étudier l’évolution des mouvements religieux sans accorder aussi l’importance qu’ils méritent aux hétérodoxes, clandestins et libertins – mais également aux mystiques, aux mouvements de réveil et aux intégrismes et aux socialismes d’inspiration religieuse.