Valorisation de la recherche

Sarah AL-MATARY. Plusieurs articles (Le Monde, Le Point, Libération, Science humaines…) autour de La Haine des clercs

AUTOMNE 2019

L’Humanité, jeudi 21 novembre 2019, rubrique « Le rendez-vous des libres », p. 21.
Alain Nicolas, « Une forme perverse et pernicieuse d’anti-intellectualisme »
Sarah Al-Matary revient sur la genèse de ce travail sur La Haine des clercs et ses échos dans l’actualité sociale et politique.
Lire l’article

En attendant Nadeau. Journal de la littérature, des idées et des arts, 22 octobre 2019
Pascal ENGEL, « Mort à l’intelligence ! »
Lien sur la page

Revue Commentaire, n° 167, 2019/3, rubrique « Critique », p. 696-698
Éric THIERS, « Cinquante nuances d’anti-intellectualisme »
Lien sur la page
Mis en ligne sur Cairn.info [accès restreint] le 06/09/2019 .

JUILLET 2019

Nonfiction, 26 juillet 2019
Damien AUGIAS, « Une autre histoire des intellectuels »
Lien sur la page

Le Monde , 18 juillet 2019
Nicolas TRUONG, « Sarah Al-Matary : « C’est à l’oligarchie et aux technocrates plutôt qu’aux intellectuels que s’en prennent les “gilets jaunes” » »
Lien sur la page

Revue Esprit, juillet-août 2019
Benjamin CARACO, « La Haine des clercs de Sarah AL-Matary ».
Lien sur la page

JUIN 2019

Le Journal du dimanche, 16 juin 2019, p. 39
Pascal CEAUX, « Haro sur les lettrés » Lire l’article

Télérama, 15-21 juin 2019, rubrique « Penser autrement », p. 45-47
Gilles HEURÉ consacre un long article « Haro sur les intellectuels » à La Haine des clercs.
Voir aussi en ligne sur le site de Télérama : « Intellectuels : mais pourquoi tant de haine », publié le 13/06/2019. Accès réservé aux abonnés.

Revue Études, n° 6, juin 2019, p. 126
Françoise LE CORRE, recension de l’ouvrage La Haine des clercs, l’anti-intellectualisme en France (Seuil, 2019, 400 p.).

MAI 2019

Le Figaro, 16 mai 2019, rubrique « Idées/Champs libres », p. 17
Éric ZEMMOUR, « La guerre des clercs, une passion française », chronique.
L’universitaire Sarah AL-MATARY, nous offre une histoire de l’anti-intellectualisme en France. Une étude fouillée et en même temps convenue de la guerre à laquelle se livrent les clercs depuis deux siècles.

Lire, mai 2019, p. 86
Philippe CHEVALIER, « L’habit ne fait pas le moine »

Sciences humaines, mai 2019, en ligne
Thierry JOBARD, « La haine des clercs »
Si la France est, paraît-il, un pays qui « aime les idées », une certaine tradition anti-intellectuelle, comme le montre Sarah Al-Matary, y est également active.

AVRIL 2019

Site lepoint.fr, 21 avril 2019, en ligne
« Ceux qui se dressent contre les intellectuels s’y apparentent fréquemment », propos recueillis par Pauline DUCOUSSO.
Sarah Al-Matary livre une étude généalogique de l’anti-intellectualisme. Une vieille haine virulente qui perdure aujourd’hui sous de nouvelles formes.

Libération, , 19 avril 2019, en ligne
« Nous sommes tous, à un certain moment, anti-intellectuels », propos recueillis par Virginie BLOCH-LAINÉ
De Proudhon à Houellebecq, de l’affaire Dreyfus aux gilets jaunes, la chercheuse propose une histoire de l’anti-intellectualisme en France, aussi bien partagée à droite qu’à gauche et même chez les intellectuels. Derrière ce procès, c’est moins une guerre contre l’intelligence qui est menée qu’une critique de la place de chacun en démocratie.
[…]

Le Point, n° 2433, 18 avril 2019, rubrique « Le Postillon. Idées », p. 130-131
Sébastien LAPAQUE, « Qui veut la peau des intellos ? »
Qu’est-ce que l’anti-intellectualisme ? La haine de l’intelligence ? La détestation des intellectuels ? L’abolition des privilèges de l’art et de la pensée ? La révocation de la théorie au profit de la pratique ? Une angoisse des maux de tête ? Une morale de l’action sommairement bricolée à partir d’une réplique du film « Un taxi pour Tobrouk » : « Deux intellectuels assis vont moins loin qu’une brute qui marche » ? […]
La suite de l’article en ligne n’est accessible qu’aux abonnés.

MARS 2019

Le Monde des livres, 15 mars 2019, rubrique « Critique/Essais », p. 9
Serge AUDIER, « Tous contre les intellectuels ! », recension de l’ouvrage La Haine des clercs de Sarah AL-MATARY.
Dans son ouvrage, la chercheuse en histoire et littérature montre la complexité de la notion d’anti-intellectualisme, en France, depuis la fin du XIXe siècle.
« La France est gouvernée par des pédérastes : Sartre, ­Camus, Mauriac. » Cette diatribe, en 1955, d’un jeune député poujadiste, Jean-Marie Le Pen, rappelait le poids des intellectuels dans notre pays, en répondant entre autres à l’« Appel des intellectuels pour la paix en Algérie » (L’Express, 1953). Sa virulence invite à douter du lieu commun réactivé par le titre d’un essai de Sudhir Hazareesingh, Ce pays qui aime les idées. Histoire d’une passion française (Flammarion, 2015). En vérité, la France ­cultive aussi une vieille détestation des idées et, surtout, de ceux qui en sont les porteurs privilégiés : les intellectuels. […]
La suite de l’article en ligne n’est accessible qu’aux abonnés.

Historique





































Cafés Découvertes