GADGES (XVIe-XVIIIe siècles) - Groupe d’analyse de la dynamique des genres et des styles

Responsables : Isabelle Garnier et Mathilde Bombart

Présentation

Émergence et transformation des normes et des formes littéraires, étudiées dans leurs relations aux mutations historiques, sociales et religieuses du XVIe au XVIIIe siècle.

Créé en 2003, le GADGES (Groupe d’Analyse de la Dynamique des Genres et des Styles – Renaissance et Âge classique) a rejoint l’IHRIM au 1er janvier 2016 et est devenu un groupe de travail au sein de l’IHRIM Lyon 3.
Ses recherches portent sur l’émergence et la transformation des normes et des formes littéraires, étudiées dans leurs relations aux mutations historiques, sociales et religieuses du XVIe au XVIIIe siècle. Elles comprennent en particulier :
• L’analyse des situations de communication et d’écriture polémique ou conflictuelle (contexte de censure, guerres civiles, conflits sociaux et politiques…) et étude en diachronie de l’évolution des genres littéraires et des discours spécifiquement liés à ces contextes ;
• L’étude de l’émergence de champs discursifs nouveaux (médecine, hétérodoxie religieuse…) et des langages spécifiques et formes distinctives qui leur sont associés ;
• L’analyse de l’inscription matérielle de ces discours dans les publications, et notamment des modes de relation entre texte et image, surtout quand ils sont ambigus, dissonants ou conflictuels ;
• L’édition de textes rares de la Renaissance et de l’Âge classique reflétant ces mutations historiques, sociales et religieuses.

Ces travaux sont menés dans une ouverture pluridisciplinaire, avec l’instauration d’un dialogue avec les historiens, musicologues, philosophes, historiens de l’art de la période, spécialistes d’objets similaires.

Séminaire du GADGES 2017-2018 : « Lire par morceaux : lecteurs et lectures de recueils et d’anthologies (16e-18e siècle) »

Longtemps méprisés pour la (supposée) paresse qu’on les soupçonne d’encourager, les recueils et anthologies développent un rapport singulier à la lecture et au lecteur. Par le rapprochement, les découpages, choix et mises en forme des textes qu’ils opèrent, ces pratiques de compilation induisent des manières de lire et des rapports aux livres et aux textes particuliers. Sollicité par l’alternance entre cohésion et fragmentation inhérente à ces ouvrages, le lecteur est mis en face d’un ensemble recomposé, doté d’une continuité chronologique ou narrative, ou encore d’une cohérence esthétique ou historique. Qu’elles résultent de choix explicites ou non, ces opérations de sélection, découpage, agencement, soulèvent la question des effets qu’elles ont sur l’appréhension des écrits qui y sont rassemblés. Mis ou remis en jeu dans le contexte que constituent le recueil et ses circuits de diffusion propres, le texte devient disponible à de nouveaux regards, de nouveaux emplois. Dans le cas où le recueil se constitue vis-à-vis de l’œuvre d’un auteur publié par ailleurs, la question se pose aussi du rapport de la lecture anthologique à celle de l’œuvre complète. En étayant les analyses de la « rhétorique du lecteur » (lecture programmée et visée) par les informations disponibles sur les circulations et les utilisations de ces livres, éclairées par la connaissance des pratiques de lecture du temps (par exemple, les cahiers de lieux communs), le séminaire s’interrogera sur les modes de lecture que recueils et anthologies appellent, les types de lecteurs qu’ils construisent, et les usages de l’écrit qu’ils promeuvent ou permettent.

Les représentations de la syphilis au début de l’époque moderne, édition d’une anthologie commentée

Ce volume, qui a pour titre provisoire La vérole en paroles (1493-1622), vise à rendre accessible à un large public la diversité des discours sur la maladie infectieuse nouvelle qu’est la syphilis (qui apparaît en Italie en 1495), en confrontant des textes littéraires européens et des textes à visée scientifique et didactique.

  • Coordinatrice : Ariane Bayle (ariane.bayle chez univ-lyon3.fr).
  • Chercheurs participants : Dominique Brancher, Université de Bâle ; Brigitte Gauvin, Université de Caen ; Grégoire Holtz, Université de Toronto ; Chiara Lastraioli, CESR de Tours ; Concetta Pennuto, CESR de Tours

Atelier « Corpus EVE - Emergence du Vernaculaire en Europe »

Le projet Babel EVE et la revue Corpus EVE ont pour vocation de constituer un corpus de documents relatifs au développement des langues vernaculaires en Europe des premières attestations à la fin du XVIIe siècle, selon une approche pluridisciplinaire (histoire, histoire de la langue, histoire du droit et des institutions, littérature, histoire des sciences, histoire des religions, histoire de la musique) et plurilinguistique (anglais, allemand, espagnol, français, italien). Corpus EVE est une revue électronique multilingue (allemand, anglais, espagnol, français et italien) à classement thématique hébergée par la plateforme de sciences humaines Revues.org.

Revue Textimage

Participants

Bayle, Ariane
Bermann, Mathieu
Bombart, Mathilde
Cornic, Sylvain
Giuliani, Pierre
Garnier, Isabelle
Lardon, Sabine
Leplatre, Olivier
Rosellini, Michèle
Servet, Marie-Hélène
Servet, Pierre
Planche, Marie-Claire
Vignes, Jean

Dernières publications

Equipes de sites