Caroline DELESPAUL « Le piano-orchestral en France entre 1835 et 1849 : une écoute de l’œuvre pianistique »

Le jury est composé de :
Mme PENESCO Anne, professeure émérite, Université Lumière Lyon 2, directrice
Mme DOUCHE Sylvie, maître de conférences HDR, Université Paris 4
M. RAMAUT Alban, professeur des universités, Université Jean Monnet Saint-Étienne
Mme BIGET-MAINFROY Michelle, professeure des universités, Université de Tours

Résumé
En France, l’idée d’un piano-orchestral voit le jour durant la première moitié du XIXe siècle. Dès les premières décennies, de nombreux commentateurs reconnaissent dans l’instrument à clavier la capacité de restituer en son sein l’ensemble symphonique. Les écrits instaurent une relation étroite entre le piano et l’orchestre. Dans l’inconscient collectif, le piano ne tarde pas à devenir un « petit-orchestre complet » comme tend à le prouver le discours qui utilise ce qualificatif en tant que référence commune. Dans l’ombre de cette pensée s’élabore l’idée de la pénétration d’une « figure orchestrale » dans l’œuvre pianistique et naît alors l’idée d’un piano-orchestral. L’enjeu principal de cette thèse sera de tenter de définir le piano-orchestral français à travers un travail lié à la réception. Nous faisons en effet l’hypothèse que certaines œuvres pour piano ou certains éléments de celles-ci invitent l’auditeur à effectuer un transfert d’idées entre le piano et l’orchestre ou à reconnaître l’ensemble symphonique au clavier. Le piano-orchestral serait alors une écoute de l’œuvre pianistique. En tant que phénomène lié à la réception de l’œuvre, le piano-orchestral appartient au domaine de la verbalisation de la musique et nous avons donc choisi de l’étudier à travers le prisme du discours musical. Notre ambition étant de définir le piano-orchestral, nous avons décidé d’interroger son élaboration et ses fondements en nous concentrant sur ses prémices. Notre recherche s’étendra donc de 1835 à 1849 ; une période correspondant à la reconnaissance de l’idée jusqu’au début de sa remise en question.

 
 Soutenance

Informations pratiques

Lyon 7e

Maison Internationales
des Langues et des Cultures
35 rue Raulin,
Salle 308

Dates passées

  Soutenance
Pauline CLOCHEC « Marx jeune hégélien - 1841-1846 »


  Soutenance
Sylvia GIOCANTI « Scepticisme et philosophie » (HDR)


  Soutenance
Eric MARQUER, « Les conditions du lien civil » (HDR)


  Soutenance
Marine PICON, "Normes et objets du savoir dans les premiers essais leibniziens"