Emmanuel HOURCADE « Le concept de perfectibilité chez Georg Forster, vecteur d’une critique interne des civilisations européennes ? »

Le jury est composé de :

M. Tristan COIGNARD, professeur des universités université Bordeaux Montaigne, rapporteur
Mme Elisabeth DECULTOT, professeure Universität Halle-Wittenberg (Allemagne)
M. Daniel FULDA, Professeur, Universität Halle-Wittenberg (Allemagne)
Mme Françoise KNOPPER, professeure des universités émérite, université Toulouse Jean Jaurès
Mme Anne LAGNY, professeure des universités, École normale supérieure de Lyon, directrice de thèse
Mme Sylvie LE MOËL, professeure des universités, université Paris Sorbonne, rapporteur
Mme Françoise LARTILLOT, professeure des universités, université de Lorraine, présidente du jury

Résumé de la thèse :
Georg Forster est une des figures des Lumières allemandes tardives qui prête le plus à controverse. Il traverse au cours de sa vie différents espaces géographiques et culturels dans lesquels se déploient au XVIIIe siècle des modalités nouvelles de transmission du savoir. Le réseau traditionnel de production et de transmission du savoir, les universités, se double au siècle des Lumières de réseaux parallèles qui témoignent de l’essor de l’intérêt pour la connaissance scientifique dans des cercles plus larges de lettrés. Forster lui-même, de par sa formation d’autodidacte, se trouve à l’intersection de différentes écoles de pensées et traditions nationales, ce qui constitue la richesse de ses écrits.

Lors de son voyage autour du monde, Forster est confronté à l’autre absolu, le « sauvage », mais aussi à l’autre relatif, le « civilisé » qui ne se comporte pas comme tel. Cela le conduit à une réflexion sur ce que sont les Lumières : dans quelle mesure sont-elles conformes à la réalité observée dans les sociétés européennes, et peuvent-elles être conçues au seul plan théorique. Or Forster accorde, dans cette réflexion, une place centrale à la perfectibilité. Le néologisme de Rousseau symbolise parfaitement à la fois la progression dans tous les domaines de la connaissance qui caractérise les Lumières, ainsi que leur grande ambivalence. La perfectibilité confronte les philosophes et les écrivains européens à des questions qui, si elles sont anciennes pour la plupart, sont reposées dans des conditions nouvelles, avec une acuité et une urgence jusqu’alors inconnues, en raison même du développement des sciences, des connaissances, des structures politiques et économiques ou encore des contacts avec d’autres civilisations. C’est précisément à ce moment où les idées européennes sont mises à l’épreuve par l’ouverture d’un nouveau champ d’application particulièrement étendu que certains modèles sur lesquels les Européens pensaient pouvoir se reposer se voient fortement remis en question.

 
 Soutenance

Informations pratiques

Visio-conférence

Dates à venir

Dates passées

  Soutenance
Pauline CLOCHEC « Marx jeune hégélien - 1841-1846 »


  Soutenance
Sylvia GIOCANTI « Scepticisme et philosophie » (HDR)


  Soutenance
Eric MARQUER, « Les conditions du lien civil » (HDR)


  Soutenance
Marine PICON, "Normes et objets du savoir dans les premiers essais leibniziens"