Florence Bonifay, « Concurrences poétiques. Identités collectives et identités singulières autour de la "Pléiade" (1549- 1586) »

De la Deffence, et illustration de la langue françoyse (1549) au tombeau de Ronsard réuni par Binet (1586), la sociabilité littéraire mise en scène dans quelque trois cents recueils d’environ soixante-dix poètes est envisagée comme le support de constructions identitaires à la fois collectives et individuelles. En effet, le foisonnement des pièces de contact valorise l’émulation lettrée et donne de la visibilité à l’émergence d’un « champ poétique » où le positionnement de chacun est fait, tout à la fois, d’identification à des groupes et de différenciation pour défendre un style singulier.

L’identité valorisée collectivement est celle de « Poète ». Dans un élan commun et à la suite de Marot, il s’agit de donner tout son prestige à ce « mestier » – dont la visibilité est favorisée par la publication imprimée – ainsi que de convaincre les grands de son utilité politique. L’étiquette fédératrice se subdivise en identités collectives aux contours plus restreints, par exemple autour d’un genre pratiqué (les « Amours »), autour d’une langue (« poëtes françoys »), ou encore autour d’une implantation géographique (les poètes du Clain, les poètes gascons, etc.). Ce morcellement s’accompagne de tentatives de classements de valeur. Cela provoque des mouvements d’humeur (des poètes de province contre le milieu parisien naissant, par exemple), voire des conflits (poètes nouveaux contre poètes vieux, poètes chrétiens contre poètes païens, etc.), ainsi qu’une démultiplication des figures de chefs de file. Dans le même temps, chaque auteur essaie de faire valoir sa singularité, notamment en développant l’ethos du poète solitaire ou du poète mélancolique, et s’attache à ouvrir des voies nouvelles, dans un mouvement collectif de valorisation de l’originalité. Entrent ainsi en tension la structure pyramidale hiérarchique et l’affirmation d’un droit à la différence qui rend inclassable.

Le jury sera composé de :
Mme CLEMENT Michele, Professeure des universités, Université Lumière Lyon 2, Directrice
M. VIGNES Jean, Professeur des universités, Université Paris 7
Mme TROTOT Caroline, Maître de conférences, Université Paris-Est Marne-La-Vallée
Mme DAUVOIS Nathalie, Professeure des universités, Université Paris 3
M. BURON Emmanuel, Maître de conférences, Universtié Rennes 2
M. MONFERRAN Jean-Charles, Professeur des universités, Université de Strasbourg

 
 Soutenance

Informations pratiques

Lyon 7e

Amphithéâtre Emile Benvéniste
86 rue Pasteur LYON 7e
(rez de chaussée au fond de la cour)

Dates passées

  Soutenance
Marine Picon, "Normes et objets du savoir dans les premiers essais leibniziens"


  Soutenance
Eric Marquer, « Les conditions du lien civil » (HDR)