La nature a-t-elle un prix ? Penser la valeur d’un bien commun.


Contact :
Marine Bedon

Avec Baknadil Merabet, professeur de sciences économiques et sociales

D’où vient cette idée de vouloir donner un prix à la nature ? Dans la théorie économique standard, empêcher la dégradation de la nature suppose la création d’un marché, c’est-à-dire l’association d’une propriété privée et d’un prix. Depuis la publication de l’article de Garrett Hardin « The tragedy of the commons » en 1968, s’est développée l’idée de la monétarisation de la nature. Mais donner un prix à la nature, est-ce épuiser sa valeur ou la faire exister ? Où que nous nous situions dans ce débat, il apparaît que « si la nature n’a pas de prix, ne pas la protéger a un coût » (J. Gadrey et A. Lalucq, 2015).

Cette présentation sera suivie d’une discussion avec la salle.


Le laboratoire junior Écologie : Natures et Expériences (Econes) se donne pour objet la mise au jour, par la collaboration d’étudiants et praticiens de différentes disciplines – littérature, sciences humaines, sociales et exactes – des conceptions distinctes de la « nature », investie dans des expériences qui émergent de pratiques diverses, mettant en relation des acteurs déterminés – des individus, des collectifs – et des éléments, entités ou sites naturels ; conceptions parfois en conflit, notamment à l’heure de la crise environnementale, et de l’élaboration de mesures pour y faire face.

 
 Séminaire

Informations pratiques

Lyon 7e

ENS
Salle D2 102