Séminaire "Ecclésiologie : éléments pour l’histoire d’une discipline (XVIIIe-XXe s.)
Érudition, sciences sociales, théories institutionnelles"

V. L’exégèse comme matrice de l’ecclésiologie

De se dire instituée par le Verbe, l’Église ne peut que se définir en référence permanente au corpus scripturaire – et singulièrement à quelques lieux plus directement ecclésiologiques, parmi lesquels les propos de Paul sur la communauté ou les mises en scène évangéliques de l’apostolicité. Pour autant, le christianisme demeure une religion de l’interprétation, où l’univocité n’est pas un a priori. Le « vrai sens » y est à trouver au terme d’un parcours exégétique, dont on sait bien que la révolution critique a bouleversé la logique, au point de mettre en crise l’institution. Les évolutions techniques, méthodologiques et historiques de l’exégèse ont donc des conséquences directes sur l’ecclésiologie, qui se trouve traitée et renouvelée à même les travaux bibliques. Mais ces travaux sont de statuts très divers : psittacismes de séminaire, controverses intra et interconfessionnelles, avancées scientifiques autonomes... Des champs connexes interfèrent en outre, de l’étude des apocryphes à la patrologie, porteuse de la mémoire d’une « exégèse spirituelle » aux étonnants revivals. C’est dans ce maquis de recherches et de publications qu’il s’agira de tracer quelques voies utiles à l’enquête générale sur l’autocompréhension de l’Église.

Consulter le PDF ci-joint pour le programme détaillé de la journée.

 
 Séminaire

Informations pratiques

Paris, EHESS, bâtiment France, salle Jean-Pierre Vernant

190-198 avenue de France, 13e arrdt.

Documents à télécharger

Documents à télécharger

Dates passées

  Séminaire
III. Ce que le littéraire fait à l’Église