Jacques Lusseyran (1924-1971) entre cécité et lumière. Regards croisés

Site du colloque

Organisé par la Fondation Singer-Polignac en partenariat avec le CRLC (université Paris-Sorbonne) et l’IHRIM (CNRS, ENS de Lyon)

Comité d’organisation

Marion Chottin, (IHRIM, UMR 5317), Céline Roussel (Centre de Recherche en Littérature Comparée, université Paris-Sorbonne), Rebecca Scales (Department of History, Rochester Institute of Technology, État de New York), Hannah Thompson (Royal Holloway, University of London) et Zina Weygand (université Paris I Panthéon-Sorbonne)

Présentation

Jacques Lusseyran (1924-1971), écrivain et essayiste aveugle, mais aussi figure méconnue de la Résistance intérieure française durant la Seconde Guerre mondiale, dont la vie et l’œuvre sont restées longtemps ignorées dans son propre pays – alors qu’il poursuivit une carrière de professeur de littérature dans plusieurs grandes universités américaines – suscite un intérêt grandissant dans la recherche française et internationale, tandis que l’ouvrage de Jérôme Garcin :Le Voyant, publié en janvier 2015 par les éditions Gallimard, l’a fait connaître d’un très large public.

Ce colloque pluridisciplinaire proposera une vaste exploration de la vision intérieure paradoxale de cet auteur aveugle qui, ayant perdu la vue lors d’une bousculade à l’école à l’âge de huit ans, construit sa vie et son œuvre autour de la lumière et des couleurs dont il affirme garder la perception et qu’il magnifie par l’écriture. Les différentes approches historique, littéraire, philosophique (avec entre autres la question de l’anthroposophie), mais également scientifique (neuro-ophtalmologie), permettront de rappeler la place que Jacques Lusseyran occupa au sein de la Résistance intérieure française et l’attitude qu’il adopta face à la réalité tragique des camps de concentration, avant d’interroger les catégories essentielles de son écriture, telles que la synesthésie, qui concourt de manière exemplaire à l’élaboration d’un monde intérieur poétique et empreint d’une richesse contrastant avec les représentations classiques de l’absence de vue comme privation et déficience. Afin de mieux en saisir l’essence et la portée, ce colloque s’attachera à situer le discours et l’écriture de la cécité de Jacques Lusseyran parmi d’autres discours d’auteurs aveugles, parmi lesquels des écrivains contemporains, qui apporteront leur point de vue critique.

Ce colloque est organisé sous forme d’un partenariat avec le Centre de Recherche en Littérature Comparée de l’université Paris-Sorbonne, dirigée par Mme la Professeure Véronique Gély et avec le soutien de l’UMR l’IHRIM (Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités), dirigé par M. le Professeur Olivier Bara et du Labex Comod (Constitution de la modernité), dirigé par M. le Professeur Pierre-François Moreau, du GIAA (Groupement des intellectuels Aveugles et Amblyopes) et de l’Institut de la Vision.

Le programme complet est disponible.

JPEG - 581.2 ko