Correspondance de Pierre Bayle
Volume XIV : décembre 1706 - avril 1732, Lettres 1742-1791

Pierre BAYLE

Oxford, Voltaire Foundation
février 2017, xxvi + 472 p., 14 illustr.
ISBN 978-0-7294-1070-0

Édition du volume sous la direction de †Elisabeth LABROUSSE et Antony MCKENNA avec Wiep VAN BUNGE, Edward JAMES, Jean-Michel NOAILLY, Bruno ROCHE, Fabienne VIAL-BONACCI, avec la collaboration d’Éric Olivier LOCHARD.

Né en 1647, Pierre Bayle sera un des philosophes et des hommes de lettres les plus connus et les plus universellement admirés de son siècle. Ses principaux ouvrages ont un énorme succès européen et seront une très riche source d’inspiration pour les philosophes des Lumières.
Cette édition critique comportera quinze volumes et plus de 1700 lettres, avec un bon nombre de lettres inédites.

Dans le t.XIV :
Notre dernier volume de lettres annotées couvre une période d’une trentaine d’années après le décès de Pierre Bayle et comporte une cinquantaine de lettres échangées entre ses proches – Jacques Basnage, Shaftesbury, Pierre Des Maizeaux, Prosper Marchand, Reinier Leers – sur la publication de ses œuvres.
Le philosophe était mort, comme il l’avait prévu, d’une maladie des poumons qui avait déjà emporté ses parents. Indifférent à l’égard de sa mort prochaine, il s’était acharné à rédiger sa réfutation de la théologie rationaliste de Jean Le Clerc et d’Isaac Jaquelot. Sa patience et son humilité, sa douceur et sa volonté féroce de mener à bien son combat philosophique firent l’admiration du petit cercle de ses amis, qui commentent avec admiration la disparition d’un philosophe fidèle à lui-même.
L’opportunisme de Leers et son sens des affaires l’incitent à refuser la suggestion de Le Clerc de supprimer les ’Entretiens de Maxime et de Thémiste’ : Leers n’allait certainement pas renoncer à une publication aussi audacieuse et aussi redoutable pour l’orthodoxie réformée. De son côté, Des Maizeaux multiplie les projets et se lie avec Prosper Marchand pour recueillir la correspondance du philosophe. Il s’est aussi engagé dans deux projets de traduction du ’ Dictionnaire ’ en anglais, qui aboutissent en 1734 et Des Maizeaux y ajoute la version anglaise de sa biographie sous forme de lettre adressée à un pair d’Angleterre, qui n’est autre que Shaftesbury. Ce premier écrit biographique de Des Maizeaux n’est pas à la hauteur de l’attente de ses lecteurs, d’où sans doute sa prudence et sa lenteur à composer la version française de sa ’Vie de Mr Bayle’, qu’il achève à son rythme et publie enfin dans sa propre édition du ’Dictionnaire’ en 1730. Cette fois-ci, il rend justice à l’intensité et à la complexité de la carrière de Bayle sur le plan philosophique, religieux, littéraire, politique et social. Nous suivons ainsi la correspondance des amis de Bayle – et de ses ennemis – jusqu’à la date de la publication de cette version définitive du ’Dictionnaire’ et de la ’Vie de Mr Bayle’ qui l’accompagne.
Ce volume s’accompagne d’annexes importants : le ’Jugement de Leibniz’ sur le ’Projet d’un dictionnaire critique’, le texte complet de la lettre de Bayle ajoutée à l’édition par Almeloveen de l’ouvrage de Deckherr, ’De scriptis adespotis’, une lettre inédite découverte dans la reliure de l’exemplaire de cet ouvrage issu de la bibliothèque de Bayle, une liste chronologique des lettres pertinentes pour suivre l’élaboration collective du ’Dictionnaire historique et critique’, enfin un dossier exceptionnel de bibliographie matérielle, composé par J.-M. Noailly, sur les éditions successives du ’Dictionnaire’.

Voir en ligne : Site de l’éditeur