Histoire de l’opéra français.
Du Consulat aux débuts de la IIIe République

Hervé LACOMBE (dir.)

coll. « Musique »
14 octobre 2020, 1200 p.
ISBN 978-2-213-70956-7
Ouvrage publié avec le soutien de l’IHRIM université Lyon 2

Financement et collaboration IHRIM de Olivier BARA, Jean-Christophe BRANGER, Mélanie GUÉRIMAND et Emmanuel REIBEL.
L’opéra, art totalisant, le genre privilégié de la rencontre entre les expressions artistiques : poésie, théâtre, musique, costumes et décors, chant et parfois danse. L’opéra français, créé sur décision royale, est également fortement marqué par ses implications politiques.
Menée par Hervé Lacombe, une équipe pluridisciplinaire passe en revue tous les aspects de l’opéra français au XIXe siècle, époque de son triomphe et de son rayonnement esthétique et social.
L’opéra français est déterminé par son caractère d’institution d’État, depuis sa création par Louis XIV, qui consacra le genre de la tragédie en musique, jusqu’à l’inauguration en 1989 de l’Opéra Bastille, voulu par François Mitterrand, à l’occasion des festivités du bicentenaire de la Révolution.
Le XIXe siècle est en France l’ère du piano, des virtuoses, des concerts symphoniques, de la presse musicale, de la mélodie et des salons, mais, plus que tout, il est le temps de l’opéra. À Paris, en province et dans les colonies, sous sa forme spectaculaire ou par ses innombrables arrangements, ce genre déjà plus que séculaire demeure l’objet d’attentions particulières des pouvoirs qui se succèdent, du Consulat aux débuts de la IIIe république. Il continue à se ramifier, avec l’opérette et l’opéra de salon, s’enrichit d’apports étrangers, de Rossini à Wagner, devient le centre de toute l’activité musicale et infiltre les diverses couches de la société. L’opéra est donc tout autant un phénomène culturel d’une ampleur considérable qu’un objet artistique, le résultat d’une industrie que le fruit d’une esthétique. Sollicitant les yeux, les oreilles et les émotions, manipulant les idées comme les imaginaires, il reflète et concentre son époque.
Outre quelques titres mondialement connus – Carmen et Faust, Manon et Orphée aux enfers… –, ce sont des centaines d’œuvres que ce siècle a créées. Ce continent lyrique restait à explorer dans la diversité de ses aspects. Une histoire s’imposait donc, pour en faire le récit et en décrire les mécanismes, pour en reconstituer les valeurs et les tendances, pour suivre ses acteurs et découvrir ses institutions, ses salles, ses pratiques, ses thèmes, ses productions…

Entreprise sans précédent par ses dimensions et par sa conception, cette Histoire de l’opéra français en trois volumes réunit une équipe internationale de plus de cent cinquante auteurs – musicologues, littéraires et philosophes, historiens et spécialistes du théâtre, de la danse et des arts. Elle est placée sous la direction d’Hervé Lacombe, professeur de musicologie à l’université Rennes 2.

Voir en ligne : Site de l’éditeur