La paresse en héritage
Montaigne, Pascal, Bayle

Isabelle MOREAU

coll. « Lumière classique », n° 114
Paris, Honoré Champion
25 septembre 2019, 308 p.
ISBN 9782745351784

À chaque époque sa paresse. Au XVIIe siècle, la paresse ne se définit pas par opposition au travail. C’est une catégorie polysémique, située à la croisée des activités intellectuelles et « comportementales », en même temps qu’un marqueur de filiation. La paresse en héritage fait de cette notion un objet d’étude autant qu’un facteur de défamiliarisation destiné, en réalité, à produire une refonte de notre compréhension des textes de Montaigne, de Pascal, et de Bayle. Choisir la paresse, c’est d’abord échapper à une histoire des idées désincarnée, pour revenir au singulier du corps de l’écrivain et à ses habitudes. C’est aussi prendre le parti des résistances : résistance à l’institution, nonchalance à l’égard de la foi, rémanence des (mauvais) plis de l’enfance. C’est enfin explorer différentes manières de se rapporter au texte fondateur de Montaigne, de le faire entrer en résonance avec des questionnements nouveaux. Les six chapitres de cette étude explorent ainsi une série de problèmes interprétatifs, tout en approfondissant les enjeux de la paresse : son ancrage dans le corps et ses « humeurs », sa dimension générationnelle, son lien à l’enfance, et son rôle, fondamental, dans la construction de l’identité personnelle et religieuse.

Isabelle MOREAU est maîtresse de conférences HDR en littérature française du XVIIe siècle. Elle enseigne à l’ENS de Lyon. Ses travaux portent notamment sur le libertinage et la libre pensée, la fiction à la croisée des discours de savoirs, ou encore les phénomènes de réception.

Voir en ligne : Site de l’éditeur