2021-2025

ANR IMG – Guide muséal inclusif

Partenaire scientifique IHRIM : Marion CHOTTIN (IHRIM UMR 5317, CNRS)
Coordinatrice : Edwige PISSALOUX (Laboratoire d’informatique, de traitement de l’information et des systèmes)


Issu du consortium TETMOST] (CNRS, 2017-2019) et du projet "Guide muséal" (2019-2022), le projet ANR "Inclusive Museum Guide" (2021-2025) porté par Edwige Pissaloux vise à concevoir, prototyper et valider expérimentalement un guide muséal multimodal portatif pour rendre les œuvres d’art en deux dimensions accessibles à toute personne, et contribuer ainsi 1) à la promotion du patrimoine culturel 2) au renouvellement du rapport aux arts dits "visuels" au travers des sens autres que la vue.
La finalité de ce projet est également celle d’une "dévisualisation de la culture".

Ce guide est composé de trois éléments matériels : un système destiné à capter l’image de l’œuvre d’art, un écran (smartphone, tablette, etc.) visant à l’afficher, et enfin une armature associée (de taille adaptable) appelée F2T (force-feedback tablet), permettant d’explorer tactilement cette image tout en étant guidé par une audiodescription co-créée par des personnes qui voient, des personnes qui ne voient pas et des personnes qui voient peu. La personne utilisatrice peut également faire le choix de découvrir l’œuvre via la seule audiodescription, de manière analogue aux destinataires et destinatrices des Salons de Diderot.
Un tel système pourra assister toute personne dans les deux tâches suivantes : (1) les déplacements indépendants à l’extérieur et à l’intérieur du musée et (2) la perception multisensorielle des peintures, tapisseries ou broderies.

Le projet IMG fait sien le concept de Blindness gain forgé par Hannah Thompson à partir de celui de Deaf gain, « la surdité comme atout », théorisée par H. Dirksen L. Bauman et Joseph J. Murray (2014), et de la notion de Disability gain avancée par Rosemarie Garland-Thomson (2014). Si la cécité peut être un atout, c’est qu’elle peut constituer le lieu d’une expérience esthétique originale, inconnue de celles et ceux qui voient. Ainsi, il ne s’agit pas tant d’ajouter à la vue la possibilité de toucher et d’entendre, que de suspendre la vue pour approcher différemment la peinture.

Dans le cadre d’un partenariat de recherche entre le CNRS, l’association PERCEVOIR et le Musée du quai Branly, l’équipe du projet a déjà réalisé une série d’audiodescriptions inclusives et créatives (ICAD), aussi bien en français qu’en anglais :

https://www.quaibranly.fr/fr/informations-pratiques/aller-plus-loin/outils-de-visite/decouvrir-la-peinture-par-lecoute/

https://m.quaibranly.fr/en/useful-information/go-further/visitors-tools/discovering-painting-through-listening/

PARTENAIRES

  • LITIS - Laboratoire d’Informatique, de Traitement de l’Information et des Systèmes
  • GREYC - Groupe de recherche en Informatique, Image, Automatique et Instrumentation de Caen
  • IHRIM - Institut d’Histoire des Représentations dans les Modernités