Environmental Studies - Fabienne BRUGÈRE (Université Paris 8) et Jennifer WENZEL (Columbia University)


Organisation : Alice BORREGO (Université Paul Valéry Montpellier 3, EMMA), Guillaume Le BLANC (Université de Paris, LSCP), Héloïse LECOMTE (ENS de Lyon, IHRIM)

Voici les titres et les abstracts des deux présentations :

- Dr Jennifer WENZEL (Columbia University) : Apprehension, Legibility, Reflexivity : Beyond the Visibility/Invisibility Dyad

In this talk, I’ll discuss several moments in my recent work that complicate the visibility/ invisibility dyad as a framework for understanding how environmental crises attract or evade public attention. My fundamental concerns are with understanding how power relations shape what (and how) we learn to see (and hear), and with how these regimes of perception help determine what counts as nature, what counts as an environmental crisis, and even what counts as human. As I have argued in The Disposition of Nature, the salient question is not merely whether environmental injustice can be seen, but instead whether it can be read, understood, and apprehended, in Rob Nixon’s sense of apprehension as perception, comprehension, and action. Therefore, I argue for legibility and intelligibility as alternatives to visibility in this work of apprehension as naming, understanding, and working against injustice. These relations of power also entail dynamics of reflexivity : what does it mean to see oneself being seen ? Finally, I’ll draw from my most recent thinking on infrastructure to discuss the limits of what anthropologists call “infrastructural inversion” : figure-ground reversals in which “boring” or “invisible” infrastructure suddenly (so the argument goes) flickers into attention and regard. Instead, I argue, infrastructure cannot be invisible for those charged with its maintenance and repair, and certainly not for marginalized communities consigned to inhabit a state of intimate disconnect from its circulatory systems.

- Prof. Fabienne BRUGÈRE : Feminism and Ecology. Considering Vulnerability

The current feminist debate over ecology is more and more connected with eco-feminism ; it means new attitudes about ourselves and « our world » (Karen J. Warren, 1978). A philosophical rethinking of the notion of the « self » includes the comprehension of the interconnections between all systems of oppression (including the nonhuman world) (Carolyn Merchant, 1980 ; Val Plumwood, 1993). A transformative feminism is produced which involves a rejection of traditional ethics. A new ethics has to be considered, an ethics of vulnerability which is very close from care ethics (Carol Gilligan, 1982) and care politics (Joan Tronto, 1993). Is the invisible voice a vulnerable and feminist one ? How should we pay attention to this connection between ecofeminism, vulnerability and care ethics ?


Informations pratiques
Séminaire mensuel, interdisciplinaire et international en ligne – le jeudi de 18h à 20h
**Langue : ANGLAIS
Pour obtenir les liens de connexion et s’inscrire à la mailing-list : invisibilitysilence
https://invisibilitysilence.wordpress.com

Partenaires internationaux
University of Amsterdam, Professor Esther Peeren (ASCA)
Ludwig-Maximilians University in Munich, Dr. Gero Guttzeit
Duke University, Dr. Corina Stan (Migration Humanities Lab)

Ce séminaire interdisciplinaire et international propose d’étudier la façon dont certains individus ou groupes sont victimes d’invisibilisation sociale et réduits au silence. L’invisibilité sociale est le fruit de rapports de pouvoir, où l’idéologie dominante (portée par un (ou des) groupe(s) / un (ou des) individus) s’attache à faire taire les plus précaires et les plus vulnérables, à des fins politiques, économiques ou sociales. Les voix des précaires, « au dehors du pouvoir » (Le Blanc 2009), sont discréditées par celle de la majorité et finissent par sombrer de plus en plus dans le silence. Ce processus conduit dès lors à une dépossession sociale, politique mais également psychologique, allant jusqu’à la déshumanisation de ces populations. Les discours et pratiques normatifs engendrent des relations asymétriques qui empêchent les populations vulnérables de « faire œuvre » (Le Blanc 2009) et d’exister pleinement. Les avatars de la non-conformité, tels que les minorités, les immigrants, les femmes mais également les invalides et les pauvres, entrent en dissonance avec les dynamiques oppressives et normatives de nos sociétés : cette divergence soulève ainsi la question de la représentation sociale et politique des vies invisibles et inaudibles. Les événements récents de 2020 et 2021, qui ont particulièrement touché les communautés noires et asiatiques aux États-Unis et en Europe, réaffirment le besoin de répondre aux questions d’intégration, de reconnaissance et de visibilisation soulevés par de telles inégalités.
Un tel projet de recherche nécessite de toujours se demander si certains groupes (y compris les chercheurs et membres des communautés scientifiques), en prenant la parole pour l’autre, ne participent pas eux-mêmes à son effacement et à son silence. Ce séminaire a ainsi pour but de remettre en cause la façon dont nous abordons les vies invisibles et des voix inaudibles, notamment en s’interrogeant sur les cadres discursifs qui leur permettraient de s’exprimer librement ou de disparaître sciemment. L’instauration d’un dialogue autour de l’invisible et de l’inaudible est essentiel pour décentrer et reconduire le pouvoir aux populations marginalisées, pour favoriser la diversité et la polyphonie, dans un contexte néolibéral, basé sur l’individualisme et l’indifférence, crée « un monopole de la voix dont les effets de narration contribuent davantage à rendre certaines vies invisibles. » (Le Blanc 2009)
Nous souhaitons examiner ces processus d’invisibilisation et de réduction au silence à travers différents cadres théoriques et méthodologiques : la littérature, la musique, le cinéma, les études culturelles et visuelles, l’histoire, la sociologie et la philosophie. Ces sources seront précieuses pour nous permettre de comprendre au mieux les vies invisibles et les voix inaudibles : comment se définissent les processus d’invisibilisation et de réduction au silence ? Qui détermine le visible et l’invisible ? Le silence et l’invisibilité peuvent-ils être des choix délibérés, des actes de résistance ? L’art peut-il être un moyen de donner une nouvelle voix et une nouvelle visibilité aux laissés-pour-compte ? Ou est-il lui aussi victime des relations de pouvoir qui génèrent l’invisibilité ?
Ce séminaire commence en novembre 2021 et se tiendra exclusivement en ligne (en anglais) en 2021-2022. Chaque mois, deux chercheurs de disciplines différentes présenteront leurs travaux sur un thème commun, en lien avec l’invisibilité et le silence. Ces présentations seront suivies de discussion avec le public.

 
 Séminaire

Informations pratiques

Visioconférence

EN LIGNE
Cette session, ouverte à toutes et à tous, pourra être suivie à l’adresse via ce lien zoom.

Documents à télécharger

Dates à venir

 
Séminaire : Political Violence

 
Séminaire : Closing Session on Postfeminism and Neoliberalism

Dates passées

 
Séminaire : Postcolonial Studies

 
Séminaire : REPORTÉ le 28 avril - Environmental Studies

 
Séminaire : Artistic Invisibilities : Chloë ALLISON et Anna-Luisa WAGNER

 
Séminaire : Migrants and Refugees

 
Séminaire : Invisible Writers

 
Séminaire : Introductory Session : A Conversation with Guillaume Le Blanc