Robert REINECKE « Presuppositions : an experimental investigation »

Thèse de doctorat en Philosophie

Le jury est composé de :
Ira A. NOVECK, présidente du jury
Sarah CARVALLO, directrice de thèse
Jacques JAYEZ, directeur de thèse
Filippo DOMANESCHI, rapporteur
Marion FOSSARD, rapporteure
Tatjana NAZIR

Titre traduit
Présuppositions : une investigation expérimentale

Résumé
Les locuteurs communiquent plus que ce qu’ils disent explicitement. C’est pourquoi les destinataires s’appuient sur des indices linguistiques et extra-linguistiques pour récupérer différentes strates de signification qui peuvent être explicites aussi bien qu’implicites. Les déclencheurs de présuppositions représentent l’un de ces indices. Il s’agit d’expressions ou de constructions linguistiques (par exemple, les verbes de changement, les verbes factifs, les clivées, etc.) qui déclenchent la récupération de propositions que le locuteur présuppose, ou considère comme acquises, pour les besoins de la conversation. Cette thèse étudie le phénomène de la présupposition dans le cadre de la pragmatique expérimentale et comprend trois études basées sur les méthodes expérimentales suivantes : les tâches de jugement, la méthode de l’EEG et la méthode du capteur de force de préhension. Cette thèse combine une perspective sociale, qui se concentre sur la gestion de la réputation via des stratégies discursives alternatives (étude 1), avec une perspective cognitive, qui examine les coûts cognitifs et les corrélats sensori-moteurs associés au traitement des présuppositions (études 2 et 3). L’étude 1 examine l’impact des différentes stratégies discursives (un locuteur qui communique une information explicitement, qui l’implique ou la présuppose) sur l’attribution de l’engagement du locuteur envers le message communiqué. En étudiant l’engagement du locuteur (sa responsabilité) en fonction du coût de réputation (perte de confiance) lié à la transmission de fausses informations, l’étude 1 montre que le présupposé est perçu comme étant tout aussi responsabilisant que le dire explicite et plus responsabilisant que l’implicite non présuppositionel. L’étude 2 examine les coûts cognitifs associés au ciblage des présuppositions dans les continuations du discours. En se concentrant sur les contextes additifs introduits par la particule discursive aussi, l’étude 2 montre que les continuations discursives appropriées ciblant une présupposition suscitent la même réponse en potentiels évoqués que les continuations discursives appropriées ciblant un contexte affirmé. Cette conclusion suggère que, lorsque le traitement de présuppositions fait partie d’une stratégie discursive appropriée et pragmatique, il n’entraîne pas de coûts cognitifs supplémentaires. L’étude 3 examine les corrélats sensori-moteurs du traitement du langage lié à l’action dans les constructions présupposées (clause-complément des verbes factifs comme savoir) et non-présupposées (clause-complément des verbes non-factifs). Les résultats montrent que les premières provoquent une activation sensori-motrice plus importante que les secondes, révélant ainsi que les informations présupposées, dont la vérité est prise comme acquise, sont traitées différemment des informations dont la vérité n’a pas été établie dans le discours. Dans l’ensemble, cette thèse contribue à l’étude de la présupposition en fournissant des preuves empiriques à l’appui de la distinction théorique entre les différentes couches de signification. D’une part, elle montre que leur emploi conduit à des responsabilisations différentes dans le discours et a des implications sur la négociation interpersonnelle de la confiance. D’autre part, elle montre que, si le traitement des présuppositions n’est pas intrinsèquement plus coûteux d’un point de vue cognitif, ses corrélats cognitifs (tels que la mobilisation du système sensori-moteur) peuvent être différents de ceux qui mettent en correspondance des informations ayant un statut discursif différent.

mots clés : Engagement, Traitement du langage, Stratégie discursive, Continuations discursives appropriées, Activité motrice induite par le langage, Pragmatique expérimentale, Philosophie du langage, Présupposition (logique)

Thèse disponible en ligne

 
 Soutenance

Informations pratiques

Lyon

Dates à venir

Dates passées

 
Soutenance : Maxime BOUTROS-JACQUELINE « Pierre Bayle et les controverses sur le libre arbitre »

 
Soutenance : Quentin BIASIOLO « L’amour à l’épreuve du temps »

 
Soutenance : Zoé SCHWEITZER « Normes, limites et marges : le laboratoire tragique » (HDR)

 
Soutenance : Pascale MOUNIER « Expérimentations romanesques de la Renaissance » (HDR)

 
Soutenance : Yves GARDES « Paradoxes de la poétique chez Ralph Waldo Emerson »

 
Soutenance : Bruno ROCHE « Lumières épicuriennes au “Siècle des Saints” » (HDR)

 
Soutenance : Hélène LANNIER « Benoît Court, un juriste humaniste et ses livres »

 
Soutenance : Pauline CLOCHEC « Marx jeune hégélien - 1841-1846 »

 
Soutenance : Yuanfan HUANG « Conceptual tuning : a philosophical method »

 
Soutenance : Sylvia GIOCANTI « Scepticisme et philosophie » (HDR)

 
Soutenance : Livia SEGURADO « Popular Shakespeare : Brazilian Reappropriations »

 
Soutenance : Eric MARQUER, « Les conditions du lien civil » (HDR)

 
Soutenance : Marine PICON, "Normes et objets du savoir dans les premiers essais leibniziens"

 
Soutenance : Hubert AUPETIT, De L’Esprit géométrique aux Pensées de Pascal : nécessité biblique