Valorisation de la recherche

Quinzo confiné « Boccace : contes et confinement »

Extrait de texte du Decameron de Boccace en lien avec les recherches de Nora VIET

En 1348, Boccace assiste aux ravages que la peste noire provoque dans toute l’Europe. Fuyant la peste qui sévit à Florence en 1348, pendant dix jours, sept jeunes filles et trois jeunes hommes se réfugient dans la campagne et vont se raconter une histoire chacun :

« L’an 1348, la peste se répandit dans Florence, la plus belle de toutes les villes d’Italie. Quelques années auparavant, ce fléau s’était fait ressentir dans diverses contrées d’Orient, où il enleva une quantité prodigieuse de monde. Ses ravages s’étendirent jusque dans une partie de l’Occident, d’où nos iniquités, sans doute, l’attirèrent dans notre ville. Il y fit, en très-peu de jours, des progrès rapides, malgré la vigilance des magistrats, qui n’oublièrent rien pour mettre les habitants à l’abri de la contagion. Mais ni le soin qu’on eut de nettoyer la ville de plusieurs immondices, ni la précaution de n’y laisser entrer d’autres règlements très-sages, ne purent les en garantir. »

Source : Jean Boccace, Le Décameron, traduction de Sabatier de Castres, ebook gratuits, p. 18-19.
En ligne : https://www.ebooksgratuits.com/ebooks.php?auteur=Boccace_Jean

Historique




































































Cafés Découvertes